La bourse ferme dans 3 h 23 min
  • CAC 40

    5 798,86
    +0,88 (+0,02 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 701,12
    -4,87 (-0,13 %)
     
  • Dow Jones

    31 961,86
    +424,51 (+1,35 %)
     
  • EUR/USD

    1,2234
    +0,0066 (+0,54 %)
     
  • Gold future

    1 787,10
    -10,80 (-0,60 %)
     
  • BTC-EUR

    42 377,10
    +716,69 (+1,72 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 035,21
    +40,55 (+4,08 %)
     
  • Pétrole WTI

    63,50
    +0,28 (+0,44 %)
     
  • DAX

    13 932,72
    -43,28 (-0,31 %)
     
  • FTSE 100

    6 676,90
    +17,93 (+0,27 %)
     
  • Nasdaq

    13 597,97
    0,00 (0,00 %)
     
  • S&P 500

    3 925,43
    +44,06 (+1,14 %)
     
  • Nikkei 225

    30 168,27
    +496,57 (+1,67 %)
     
  • HANG SENG

    30 074,17
    +355,93 (+1,20 %)
     
  • GBP/USD

    1,4147
    +0,0006 (+0,04 %)
     

Changement climatique: il n’y aura pas de vaccin

·2 min de lecture

EDITO - Chacun connaît la fable, utilisée par Al Gore, selon laquelle une grenouille plongée dans une casserole d’eau bouillante fait un bond pour en sortir, mais plongée dans une casserole d’eau froide réchauffée progressivement se laisse cuire et mourir. Nous sommes aujourd’hui cette grenouille, plongée dans deux casseroles à la fois.

La première casserole est évidemment celle de la pandémie de . Des milliers de milliards de dollars ou d’euros sont donnés ou prêtés dans le monde entier pour enrayer l’épidémie, tandis que l’on consent à d’immenses sacrifices sociaux et économiques. Au terme d’un effort de recherche et de logistique sans précédent, plusieurs ont été déployés dans le monde entier. Si tout va bien, ce virus apparu fin 2019 pourrait être terrassé fin 2021. Nous avons fait un bond gigantesque, au prix de nos modes de vie et bien souvent de nos libertés fondamentales. L’urgence nous a dicté nos actions, comme une pluie d’eau bouillante.

Qu’en est-il de la seconde casserole, celle du climat? Le changement climatique a un double handicap: il est globalement insensible et aucun vaccin n’existe pour en finir! Il concerne l’humanité dans son ensemble, et s’étend sur plusieurs décennies, alors que le Covid touche des populations bien précises et se manifeste en quelques semaines. Le changement climatique donne lieu à des incendies, des tempêtes, des canicules, des épidémies (dont le Covid-19, suite à la déforestation), mais il n’est pas lui-même une catastrophe spectaculaire et brutale. La tentation est grande de traiter les effets et non pas les causes, quand ce n’est pas de nier les causes elles-mêmes.

Catastrophe majeure diffuse

Si le Covid a fait jusqu’ici 2 millions de morts, le changement climatique en fera, selon un rapport de l’OMS de 2018, 250.000 par an entre 2030 et 2050, en raison des vagues de chaleur, de la malnutrition et des maladies. La prévision pourrait bien s’aggraver, car nous entrons dans des boucles de rétroaction: la fonte du pergélisol, tout comme la déforestation, pourrait libérer des virus dangereux pour l’humanité.

Un danger mineur mais spectaculaire mobilisera donc plus de résistance et de moyens qu’une catastrophe majeure mais diffuse. Ce biais cognitif, affectif et politique est un piège en train de se refermer sur nous. Le volet écologique des plans de relan[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi