La bourse ferme dans 5 h 29 min

Change : la devise du Brésil inscrit un plus bas record face au dollar

La devise du Brésil est à la peine. Elle a franchi pour la première fois le seuil des 4,25 réais pour un dollar, nouveau record historique. En milieu de matinée, le billet vert s'échangeait à 4,266 réais, alors que le record absolu, datant de septembre 2015, était de 4,248. Cette dépréciation, due notamment aux incertitudes sur le plan international et à des doutes sur la capacité du gouvernement Bolsonaro à mettre en place ses réformes d'austérité, devrait se poursuivre, selon le ministre de l'Economie ultra-libéral Paulo Guedes.

"le Brésil est un pays aux taux d'intérêt plus bas et au taux de change plus élevé. C'est la tendance", a affirmé le ministre lundi soir lors d'une conférence à Washington, des déclarations qui auraient contribué à l'accentuation de la dépréciation mardi. Le président Jair Bolsonaro a affirmé pour sa part qu'il y avait "du pour et du contre" dans cette dépréciation du réal, qui peut notamment favoriser les exportations brésiliennes. "Je ne suis pas inquiet, ce niveau (de dépréciation) est compréhensible", a-t-il ajouté.

>> A lire aussi - Devises : le Brésil et l'Argentine pourraient adopter une monnaie commune

"On dirait que les investisseurs ont été effrayés par les déclarations de Guedes, qui a dit qu'il fallait se faire à l'idée de vivre avec un dollar élevé par rapport au réal", explique à l'AFP Alex Agostini, du cabinet de consultants Austin Rating. Mais cette dépréciation pourrait provoquer un retour de l'inflation et remettre en cause une nouvelle réduction en décembre du taux directeur, actuellement à son plancher de 5,5%.

>> Notre service - Comparateur de devises

Dans un contexte d'inquiétude face à la conjoncture internationale, "les propos de Guedes considérant que la dépréciation du réal n'est pas un problème laissent à penser que la Banque centrale ne fera rien pour inverser cette tendance, ce qui a contribué aux turbulences d'aujourd'hui", estime Fernando Bergallo, du cabinet de consultants FB Capital.

>> A lire aussi - Amazonie : pourquoi

(...) Cliquez ici pour voir la suite