Publicité
Marchés français ouverture 5 h 10 min
  • Dow Jones

    38 834,86
    +56,76 (+0,15 %)
     
  • Nasdaq

    17 862,23
    +5,21 (+0,03 %)
     
  • Nikkei 225

    38 283,32
    -287,44 (-0,75 %)
     
  • EUR/USD

    1,0749
    +0,0001 (+0,01 %)
     
  • HANG SENG

    18 506,52
    +76,13 (+0,41 %)
     
  • Bitcoin EUR

    60 659,73
    +275,27 (+0,46 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 391,98
    +54,22 (+4,06 %)
     
  • S&P 500

    5 487,03
    +13,80 (+0,25 %)
     

Chancre syphilitique : causes, symptômes à reconnaitre, est-ce contagieux ?

iStock / AlxeyPnferov

Le chancre syphilitique a été découvert au début du XXe siècle, plus précisément en 1904. Si la pénicilline avait permis sa presque disparition, depuis une vingtaine d’années il réapparait, y compris dans les pays développés dont la France. En 2020, les Centres gratuits d’information, de dépistage et de diagnostic (CeGIDD) ont détecté environ 2 800 cas de syphilis tous sexes confondus. Il est provoqué par une infection bactérienne, la bactérie responsable étant le Treponema pallidum ou tréponème pâle.

On désigne par chancre syphilitique, une ulcération de la peau ou des muqueuses, provoquée par une maladie sexuellement transmissible, la syphilis. La syphilis est une pathologie due à une infection bactérienne. La bactérie en cause est le Treponema pallidum, qui appartient à la famille des spirochètes. La syphilis évolue en trois étapes, avec des phases de latence entre chaque étape de développement. La première étape est celle de la syphilis primaire, qui se manifeste dans les trois semaines qui suivent la contamination par un rapport sexuel à risque. La deuxième étape est celle de la syphilis secondaire. Celle-ci s’étend du deuxième mois à la quatrième année de contamination et se caractérise par des céphalées, de la fatigue, des ganglions, et peut potentiellement évoluer vers une hépatite ou une méningite. Enfin, la troisième étape est celle de la syphilis tertiaire qui s’étend de la deuxième à la dixième année et se traduit par de possibles troubles neurologiques, cardiaques, (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite