Marchés français ouverture 12 min
  • Dow Jones

    30 932,37
    -469,63 (-1,50 %)
     
  • Nasdaq

    13 192,35
    +72,95 (+0,56 %)
     
  • Nikkei 225

    29 663,50
    +697,49 (+2,41 %)
     
  • EUR/USD

    1,2092
    +0,0004 (+0,04 %)
     
  • HANG SENG

    29 457,42
    +477,21 (+1,65 %)
     
  • BTC-EUR

    38 181,25
    +872,26 (+2,34 %)
     
  • CMC Crypto 200

    922,08
    -11,06 (-1,18 %)
     
  • S&P 500

    3 811,15
    -18,19 (-0,48 %)
     

Champions de la tech tricolore: pourquoi l'édition 2021 du Next40 gagne en solidité

·2 min de lecture

Avec l’arrivée de douze nouvelles pépites technologiques, le Next40 gagne en diversité régionale et en solidité.

Qui sont , les fleurons technologiques soutenus par l’Etat, dévoilés lundi 8 février par Cédric O ? A première vue, la liste de ces quarante champions ressemble furieusement à celle de l’année dernière. Et pour cause : un quart seulement des entreprises sont de nouvelles venues, les autres (28 sur 40) figuraient déjà dans la promotion 2020. Certes, hypercroissance oblige, celles qui ont conservé leur place ont changé, grandi. En témoigne le dynamisme : en un an, ces 120 licornes ou start-up ont vu leur chiffre d’affaires progresser de 55% et elles ont créé 10.000 emplois, la moitié des créations d'emploi de tout le secteur numérique. A elles seules, elles ont levé 3,3 milliards d'euros, plus de la moitié des montants récoltés en 2020 par le capital-risque.

Plus qu’une révolution donc, le classement marque toutefois plusieurs inflexions : intégrant douze nouvelles entreprises, le Next40 gagne en diversité régionale, en solidité et il prend des couleurs plus industrielles. Est-ce dû à une compétition accrue, qui a fait mécaniquement monter le niveau des exigences pour intégrer la liste (un minimum de 14 millions d'euros de chiffre d'affaires, contre 8 millions l'an dernier ou une levée d'au moins 23 millions, contre 20 millions en 2020) ? De fait, la part des start-up "hype" ou semble avoir reflué, au profit d'entreprises au profil plus solide, dont les modèles économiques posent moins de questions.

Certaines détonnent même par leur maturité commerciale, à l’instar des fintech Qonto ou Lydia. Qonto, qui a levé 120 millions d’euros en 2020, compte 120.000 entreprises (TPE et PME) clientes et a doublé son chiffre d’affaires en 2020. . Elle compte 4,5 millions d’utilisateur qui se "font des Lydia" - des virements – comme ils respirent. Elle a enregistré 3 milliards de transactions en 2020, le double de l’année précédente.

Autre gage de solidité, le caractère très international des nouveaux venus est frappant. C’est par exemple le cas de , très présent en Inde, ou du r[...]

Lire la suite sur challenges.fr

Le Next40, vitrine de la tech française, a été choisi sur des critères discutables Constellation de satellites: Kineis, le nouveau champion du New Space françaisCybelAngel, la pépite cyber française, entre au Next40"Je te fais un Lydia", le succès fou d'une fintech françaiseCoronavirus: Exotec déploie ses robots en renfort dans les entrepôts