Marchés français ouverture 4 h 59 min

En Champagne, des centaines de petits paysans vont devenir millionnaires

Scandale au pays des bulles ! D’ici quelques mois sera publiée une liste de nouvelles parcelles autorisées à produire du champagne. Un véritable jackpot pour les propriétaires. Mais selon nos informations, le choix de ces arpents ne semble pas avoir été toujours mené de façon impartiale.

Dans la région, on appelle cela un «savart» : un mauvais bout de terrain couvert de caillasses, tellement en pente et inaccessible que les paysans préfèrent le laisser en friche. Sur le marché de la terre agricole, le savart occupe le bas de l’échelle, c’est l’arpent du loser, celui dont personne ne veut, même pour une bouchée de pain. Pourquoi Serge Mauvezin s’est-il mis en tête d’en acheter un il y a trente ans, dans sa commune de Courlandon, dans le nord-ouest du département de la Marne ? «Il pouvait l’avoir pour presque rien, alors il s’est dit que ça pourrait peut-être nous servir un jour à quelque chose», témoigne sa veuve, Marie-José. Eh bien, il a eu du nez, l’investisseur ! Si, comme tout le village le pense, cet hectare pas comme les autres, piqué à flanc de colline entre les champs de céréales de la vallée de la Vesle, se voit classé dans l’appellation champagne, il pourra se couvrir un jour de vignes (la vigne adore les mauvaises terres) et sa valeur passera du jour au lendemain de moins de 1.000 à plus de 1 million d’euros. «Je croise les doigts», sourit Marie-José.

Il va cependant lui falloir patienter encore quelques mois, car la liste des nouvelles parcelles ouvertes aux petites bulles ne devrait pas être publiée avant courant 2020. Vous me direz, au point où elle en est… Cela fait presque quinze ans que les vignerons champenois ont lancé en fanfare le processus de «révision» de l’aire de leur appellation contrôlée. Quinze ans que des experts supposés impartiaux passent la région au crible pour sélectionner les surfaces dignes d’être intégrées dans ce nec plus ultra. Et quinze ans que, de fol espoir en amères désillusions, des centaines de paysans et de propriétaires se tordent les mains dans l’attente du résultat. Deviendront-ils millionnaires d’un coup de baguette magique ? «Je préfère me dire que ça ne marchera pas pour ne pas avoir de mauvaise surprise», confie l’un d’eux, à la tête de plusieurs champs éligibles à Fismes, une petite commune située...

Cliquez ici pour voir la suite

Ce contenu peut également vous intéresser :

Voici l’hélicoptère Grey Wolf, “l'ange gardien” des missiles nucléaires américains
Copropriété : quelle autorisation me faut-il pour réaliser une ouverture entre deux appartements séparés ?
Netflix, Disney+ et Amazon Prime déclarent la guerre de plateformes de SVOD
Municipales : Dati dépasse Hidalgo, Buzyn limite la casse — l’évolution des sondages à Paris et dans les grandes villes
Frais bancaires : ce que valent (vraiment) les offres à 2 euros des grands établissements