La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 169,41
    +3,69 (+0,06 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 978,84
    +1,01 (+0,03 %)
     
  • Dow Jones

    33 800,60
    +297,03 (+0,89 %)
     
  • EUR/USD

    1,1905
    -0,0016 (-0,13 %)
     
  • Gold future

    1 744,10
    -14,10 (-0,80 %)
     
  • BTC-EUR

    50 868,80
    +1 015,95 (+2,04 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 235,89
    +8,34 (+0,68 %)
     
  • Pétrole WTI

    59,34
    -0,26 (-0,44 %)
     
  • DAX

    15 234,16
    +31,48 (+0,21 %)
     
  • FTSE 100

    6 915,75
    -26,47 (-0,38 %)
     
  • Nasdaq

    13 900,19
    +70,88 (+0,51 %)
     
  • S&P 500

    4 128,80
    +31,63 (+0,77 %)
     
  • Nikkei 225

    29 768,06
    +59,08 (+0,20 %)
     
  • HANG SENG

    28 698,80
    -309,27 (-1,07 %)
     
  • GBP/USD

    1,3706
    -0,0029 (-0,21 %)
     

Le champagne banni des podiums de Formule 1

·2 min de lecture

Fêter les victoires en Formule 1 avec du champagne est une tradition aussi vieille que le championnat de monde de la discipline reine du sport automobile. Une page se tourne en 2021 : pour la première fois, le champagne n’aura plus droit de cité sur les podiums.

Chaque Grand Prix de Formule 1 se termine immuablement par la même scène. Le vainqueur et ses dauphins , après avoir vigoureusement secoué la bouteille qui leur a été offerte en même temps que le trophée. L’apparition du champagne sur les podiums de Formule 1 remonte à la première édition du championnat, en 1950. Le sixième grand-prix de cette saison se déroulait à Reims, le 2 juillet, et les organisateurs de la compétition ont naturellement voulu mettre en avant le nectar local. Mais le vainqueur de l’épreuve, l’Argentin Juan-Manuel Fangio, s’est alors contenté de le boire.

Ce n'est que plus tard que la tradition de la douche a commencé. En 1966, le Britannique Colin Davis et le Suisse Jo Siffert remportent l’indice de performance aux 24 heures du Mans avec une Porsche 906. Les organisateurs ayant oublié de conserver les bouteilles au frais, le bouchon de celle de Siffert a sauté en arrosant tout le monde. L’année suivante, le facétieux Américain Dan Gurney victorieux avec son coéquipier Anthony Joseph Foyt sur une Ford MkIV, se rappelle l’incident et décide de le provoquer de nouveau en secouant vigoureusement la bouteille (cette fois fraîche) sur le podium, pour arroser les pilotes. Depuis, c’est devenu une manière incontournable de fêter une victoire en sport automobile. On se rappelle notamment Michael Schumacher se délecter de ce rituel dans les années 2000.

La Formule 1 échappe aux producteurs de champagne

En Formule 1, tout ou presque . Si le champagne offert à Fangio à Reims en 1950 était gracieusement donné par Moët et Chandon, la fourniture du vin est vite devenu l'objet d'un contrat de sponsoring comme les autres. Des négociations juteuses ont permis à Moët et Chandon de revenir dans la course en 2015. Mumm, indéboulonnable depuis quinze ans, avait alors proposé de baisser le contrat de sponsoring de dix millions d’euros annuels à cinq millions. Une offre déclinée par Bernie Ecclestone, le grand argentier de la Formule 1. En 2017, Carbon décrochait le co[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi