Marchés français ouverture 6 h 44 min
  • Dow Jones

    34 077,63
    -123,04 (-0,36 %)
     
  • Nasdaq

    13 914,77
    -137,58 (-0,98 %)
     
  • Nikkei 225

    29 685,37
    0,00 (0,00 %)
     
  • EUR/USD

    1,2051
    +0,0010 (+0,08 %)
     
  • HANG SENG

    29 106,15
    +136,44 (+0,47 %)
     
  • BTC-EUR

    45 956,85
    -1 240,74 (-2,63 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 247,23
    -51,73 (-3,98 %)
     
  • S&P 500

    4 163,26
    -22,21 (-0,53 %)
     

Chômeurs de La Poste : des mois sans indemnités

L'Oeil du 20 heures
·1 min de lecture

Quand un salarié termine un contrat à La Poste, ce n’est pas vers Pôle Emploi qu’il doit se tourner. Comme certains employeurs publics, La Poste a recours à l’auto-assurance chômage : c’est elle qui doit verser les indemnités à ses anciens salariés. Mais ça ne passe pas toujours comme une lettre à La Poste.

En région parisienne, Pierre Lauret, 27 ans, ne peut plus payer son loyer, son téléphone ni son électricité. Ces derniers temps, c’est un ami qui lui donne de l’argent pour ses courses alimentaires. "Signer à La Poste, c’était la plus grosse erreur de ma vie. A cause d’eux je suis dans une situation dans laquelle je ne me suis jamais retrouvé."

Dossier complet un jour, incomplet le lendemain

Il a terminé son contrat d’apprentissage à la Direction des achats de La Poste il y a 6 mois. Depuis il est au chômage, et l’entreprise aurait dû lui verser plus de 1000 euros d’allocations par mois. Mais rien ne s’est passé comme prévu.

Il a bien reçu une bonne nouvelle par courriel le 18 novembre : “après étude de votre dossier, nous vous informons qu’il est complet”, lui écrit alors le service chômage de La Poste. Mais le lendemain, 19 novembre, un courrier lui réclame deux "pièces manquantes".

A plusieurs reprises, il doit compléter son dossier par de nouveaux documents, qui selon lui n’étaient pas demandés au départ. Cela fait maintenant 6 mois qu’il est sans travail et sans ressources, et quand il cherche à se renseigner sur l’avancement de son dossier, la plateforme (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi