Marchés français ouverture 8 h 45 min
  • Dow Jones

    34 021,45
    +433,79 (+1,29 %)
     
  • Nasdaq

    13 124,99
    +93,31 (+0,72 %)
     
  • Nikkei 225

    27 448,01
    -699,50 (-2,49 %)
     
  • EUR/USD

    1,2086
    +0,0010 (+0,08 %)
     
  • HANG SENG

    27 718,67
    -512,37 (-1,81 %)
     
  • BTC-EUR

    40 709,46
    -3 099,34 (-7,07 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 340,15
    -47,76 (-3,44 %)
     
  • S&P 500

    4 112,50
    +49,46 (+1,22 %)
     

Chômage partiel : un nouveau sursis pour les salariés et leur employeur

·1 min de lecture

Bonne nouvelle pour certains salariés et leur employeur. Invitée sur Cnews ce jeudi 15 avril, la ministre du Travail, Elisabeth Borne, a annoncé que les règles actuelles du chômage partiel seront maintenues “tout au long du mois de mai”. “Depuis le début de la crise, on a un seul mot d’ordre : protéger les Français”, a-t-elle ajouté. Selon la ministre, trois millions de salariés devraient encore bénéficier du chômage partiel en avril.

Ce dispositif a “des règles très protectrices pour les salariés et pour les entreprises”, a signalé Elisabeth Borne. En effet, les salariés en chômage partiel sont indemnisés à hauteur de 70% de leur rémunération brute (voire 100% s’ils sont au Smic). Cette indemnité, versée par les entreprises, est ensuite remboursée par l’État et l’Unédic, à hauteur de 85% dans les secteurs les moins affectés par la crise, ou bien intégralement dans les secteurs les plus en difficulté (tourisme, hôtellerie, restauration, etc.). “On est vraiment très attentifs à ne pas retirer trop vite ces aides”, a insisté la ministre du Travail.

Pour rappel, il était prévu que dans les secteurs les moins touchés par la crise, l’indemnité des salariés passe à 60% de leur rémunération brute au 1er février. Par ailleurs, pour les employeurs, le reste à charge devait également augmenter en février : de 15 à 40% dans les secteurs les moins touchés et de 0 à 15% pour les entreprises en difficulté. Mais face à la crise, le gouvernement a donc décidé de maintenir encore plusieurs mois (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Télétravail : “Il faut un cadre légal plus clair pour l’imposer, et dans de bonnes conditions”
Délégué syndical : rôle, désignation et droits
Assurance chômage : le gouvernement va revoir sa copie pour le 1er juillet
La crise les a poussés à développer de nouvelles compétences professionnelles, ils témoignent
Arrêts de travail, traitements… les nouvelles compétences des sages-femmes