Marchés français ouverture 3 h 58 min
  • Dow Jones

    33 815,90
    -321,41 (-0,94 %)
     
  • Nasdaq

    13 818,41
    -131,81 (-0,94 %)
     
  • Nikkei 225

    28 983,31
    -204,86 (-0,70 %)
     
  • EUR/USD

    1,2025
    +0,0007 (+0,06 %)
     
  • HANG SENG

    29 044,56
    +289,22 (+1,01 %)
     
  • BTC-EUR

    41 576,07
    -3 526,62 (-7,82 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 129,15
    -113,90 (-9,16 %)
     
  • S&P 500

    4 134,98
    -38,44 (-0,92 %)
     

Chômage partiel, décalage des congés… comment s’adapter aux nouvelles vacances scolaires

·1 min de lecture

Les nouvelles dates de vacances scolaires (du 10 au 26 avril) obligent certains parents qui travaillent à revoir leur planning. En effet, certains d’entre eux se retrouvent avec des congés hors vacances scolaires désormais. Car à l’origine, il était prévu que les vacances de printemps aient lieu du 10 au 26 avril en zone A, du 24 avril au 10 mai en zone B et du 17 avril au 3 mai en zone C.

Le sujet de l’impact de la fermeture des établissements scolaires et du décalage des vacances a été à l’ordre du jour d’une réunion entre le ministère du Travail et les partenaires sociaux, ce jeudi 1er avril. “A l’issue de cet échange, les employeurs sont invités à faciliter la prise de congés de leurs salariés qui ont des enfants sur les nouvelles dates de vacances scolaires lorsqu’ils avaient déjà prévu leurs congés à des dates ultérieures”, indique le ministère du Travail dans un communiqué.

Autrement dit, le ministère appelle les employeurs à faire preuve de souplesse pour permettre aux salariés dans cette situation de décaler leurs congés. “En droit commun, la période de prévenance est habituellement d’un mois pour poser ses congés. En bonne entente entre le salarié et l’employeur, il peut être décidé de modifier les dates de congé initialement prévues dans un délai plus court”, ajoute le ministère.

>> Notre service - Votre CV est-il vraiment rédigé comme il faut ? Capital vous offre son analyse complète pour l’améliorer

Concrètement, cela signifie que :

Mais légalement, rien n’oblige votre (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Un employeur peut-il procéder à des licenciements économiques après des erreurs de gestion ?
Télétravail : Schlumberger condamné à verser des tickets restaurant à ses salariés
Chômage : voici combien de cadres pourraient voir leur allocation baisser l’an prochain
Télétravail et vie privée : comment trouver le juste équilibre ?
Le grand bide de l'allocation chômage des indépendants