Marchés français ouverture 3 h 19 min
  • Dow Jones

    34 589,77
    +737,24 (+2,18 %)
     
  • Nasdaq

    11 468,00
    +484,22 (+4,41 %)
     
  • Nikkei 225

    28 274,53
    +305,54 (+1,09 %)
     
  • EUR/USD

    1,0444
    +0,0036 (+0,34 %)
     
  • HANG SENG

    18 895,51
    +298,28 (+1,60 %)
     
  • BTC-EUR

    16 427,92
    +147,82 (+0,91 %)
     
  • CMC Crypto 200

    406,45
    +5,75 (+1,44 %)
     
  • S&P 500

    4 080,11
    +122,48 (+3,09 %)
     

Chômage : le gouvernement veut indemniser moins longtemps, pour faciliter l'embauche

AFP - Emmanuel DUNAND

En proposant de réduire d'un quart la durée d'indemnisation du chômage, le ministre du Travail Olivier Dussopt soulève la colère de toutes les organisations syndicales.

Le ministre du Travail, Olivier Dussopt, espère "100.000 à 150.000 retours à l'emploi" supplémentaires en 2023 grâce à la réforme qu'il a présentée ce matin, 21 novembre. "Nous allons garder un des systèmes les plus généreux d'Europe", a-t-il assuré tout en présentant sa nouvelle réforme de l'assurance chômage jugée "inacceptable" par tous les syndicats.

Rien moins qu'une baisse de 25% de la durée d'indemnisation pour tous les demandeurs d'emploi ouvrant des droits à partir du 1er février : telle est, en substance, la proposition du gouvernement qui ose frapper fort, conformément à son leitmotiv qui veut que l'assurance chômage soit "plus stricte quand trop d'emplois sont non pourvus, plus généreuse quand le chômage est élevé".

Aujourd'hui, la durée d'indemnisation est appliquée selon le principe un jour travaillé, un jour indemnisé, avec un maximum de 24 mois pour les moins de 53 ans, 30 mois pour les 53-54 ans et 36 mois pour les 55 ans ou plus. Dans le système proposé, un chômeur qui aurait eu droit par exemple à 12 mois d'indemnisation sous l'empire des règles actuelles n'aura plus droit qu'à neuf mois. Un plancher minimal de six mois sera préservé. Les premiers impacts sont donc attendus à partir du 1er août.

Les droits vont baisser mais demeurer parmi "les plus généreux d'Europe"

Des "mécanismes de protection", sous la forme de "compléments de droits" des demandeurs d'emploi sont prévus en cas de mauvaise conjoncture, a expliqué Olivier Dussopt.

Lorsque les demandeurs d'emploi arriveront en fin de droits, si l'état du marché du travail est "rouge" — un taux de chômage au-dessus de 9% ou en progression de 0,8 point sur un trimestre, alors leur durée d'indemnisation reviendra au niveau d'aujourd'hui. Le taux de chômage est actuellement de 7,3% et le ministre s'attend à ce qu'il soit "semblable" en février.

Lire aussiLe plein emploi, objectif atteignable, selon Olivier Dussopt

Si, pendant trois trimestres de suite, le taux de chômage revient sous les 9% et ne con[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi