Publicité
La bourse est fermée
  • Dow Jones

    38 834,86
    +56,76 (+0,15 %)
     
  • Nasdaq

    17 862,23
    +5,21 (+0,03 %)
     
  • Nikkei 225

    38 570,76
    +88,65 (+0,23 %)
     
  • EUR/USD

    1,0748
    +0,0005 (+0,04 %)
     
  • HANG SENG

    18 430,39
    +514,84 (+2,87 %)
     
  • Bitcoin EUR

    60 494,21
    -7,70 (-0,01 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 379,45
    +41,70 (+3,12 %)
     
  • S&P 500

    5 487,03
    +13,80 (+0,25 %)
     

Chômage : bonne nouvelle pour les bénéficiaires de l’allocation de solidarité spécifique

Illustration Capital

L’annonce avait fortement surpris… et choqué. Lors de son discours de politique générale à l’Assemblée nationale, le 30 janvier dernier, Gabriel Attal, alors fraîchement nommé Premier ministre, avait dévoilé son projet de suppression de l’allocation de solidarité spécifique (ASS). Une aide versée à un peu plus de 320 000 chômeurs en fin de droit, d’après les dernières données de la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (Drees).

Cette aide, dont le montant s’élève de manière générale à 570 euros par mois environ, peut être perçue pendant 6 mois renouvelables, sous certaines conditions (avoir travaillé au moins 5 ans au cours des 10 années précédant la fin de son dernier contrat de travail et avoir des ressources mensuelles n’excédant pas 1 330,70 euros). Au-delà d’une simple suppression de l’ASS, Gabriel Attal avait également annoncé que les bénéficiaires de cette allocation basculeraient vers le RSA. De quoi pénaliser les allocataires de l’ASS en matière de retraite.

Mais lors d’une réunion avec les associations signataires du pacte des solidarités pour lutter contre la pauvreté, ce lundi 3 juin, Catherine Vautrin, la ministre du Travail, a indiqué que «la suppression de l’ASS n’est plus à l’ordre du jour», a signalé Noam Leandri, le président du collectif Alerte, lors d’une conférence de presse organisée dans la foulée. Une annonce dont «on se réjouit», a-t-il ajouté. En effet, «au moment où le gouvernement fait la réforme de l’assurance chômage, (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Mon employeur me paie en retard, ai-je le droit de ne pas travailler ?
Fonction publique : cette solution trop peu utilisée pour répondre à la crise du recrutement
Salaire en alternance : combien gagnerez-vous à la rentrée de septembre 2024 ?
Réforme de la fiche de paie : les Français ont peur pour leur salaire
«Rest gap» : quand l’inégalité hommes-femmes touche tous les secteurs