La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 739,73
    -336,14 (-4,75 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 089,58
    -203,66 (-4,74 %)
     
  • Dow Jones

    34 899,34
    -905,04 (-2,53 %)
     
  • EUR/USD

    1,1322
    +0,0110 (+0,99 %)
     
  • Gold future

    1 788,10
    +1,20 (+0,07 %)
     
  • BTC-EUR

    48 009,37
    -430,52 (-0,89 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 365,60
    -89,82 (-6,17 %)
     
  • Pétrole WTI

    68,15
    -10,24 (-13,06 %)
     
  • DAX

    15 257,04
    -660,94 (-4,15 %)
     
  • FTSE 100

    7 044,03
    -266,34 (-3,64 %)
     
  • Nasdaq

    15 491,66
    -353,57 (-2,23 %)
     
  • S&P 500

    4 594,62
    -106,84 (-2,27 %)
     
  • Nikkei 225

    28 751,62
    -747,66 (-2,53 %)
     
  • HANG SENG

    24 080,52
    -659,64 (-2,67 %)
     
  • GBP/USD

    1,3342
    +0,0022 (+0,16 %)
     

Trop chère, la voiture électrique va sans doute le rester

·2 min de lecture

Matières premières trop chères ? Bienheureuse l’automobile qui, en se convertissant à l’électrique, se déleste d’un tiers de sa valeur en composants rendus vains. Hélas ! Ce gain est effacé par le coût de la batterie et de l’électronique.

Les amateurs de collapsologie vont se régaler en découvrant que le poids financier des matières entrant dans la composition d’une automobile n'a jamais été aussi élevé — et qu’il risque d’augmenter de 58 % lors du passage à la traction électrique. Voilà qui laisse entrevoir quelques conséquences fâcheuses pour les marges des constructeurs, comme pour les prix de vente au client final.

A en croire les études du journal spécialisé L’Argus, le prix moyen d’une voiture neuve est passé de 19.800 euros à 26.800 euros entre 2010 et 2020 — avec une nette accélération depuis la pandémie. Le coût de la dépollution y est pour beaucoup : il . Quant à la taxe CO2, elle jette constructeurs et automobilistes dans les bras de l’hybridation, qui renchérit le prix de revient comme les prix de vente. C’est la fuite en avant.

Coût de la dépollution et hausse du carbone s’ajoutent aux conséquences des pénuries

Ce n’est pas tout. Selon les calculs du cabinet d’analyses AlixPartners révélés le 21 octobre, “le coût des matières premières a bondi de 87 % depuis août 2019”, pour représenter dorénavant à 2.580 dollars (2.216 euros) par véhicule en Europe. "Pour l’Asie, nous l’estimons à 2.030 dollars, en hausse de 58 %, tandis qu’aux États-Unis, ce coût a bondi de 122 % pour atteindre 4.175 dollars”, rapporte Alexandre Marian, managing director au sein de l’équipe automobile du bureau parisien d’AlixPartners. L’automobile américaine paie là, les conséquences de son surpoids historique, par rapport aux Européennes et Asiatiques plus fluettes.

Lire aussi

Comme si cela ne suffisait pas à assombrir les pensées des industriels, AlixPartners rappelle que l’inflation des cours de l’acier, de l’aluminium, du caoutchouc des carrrosseries, ou encore de ceux de l’iridium et du rhodium des pots catalytiques relève d’un phénomène trop récent pour inclure encore “l’impact financier des nouvelles réglementations environnementales”.

Les constructeurs européens supportent une taxe carbone qui ne pèse pas [...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles