Marchés français ouverture 3 h 21 min
  • Dow Jones

    29 134,99
    -125,82 (-0,43 %)
     
  • Nasdaq

    10 829,50
    +26,58 (+0,25 %)
     
  • Nikkei 225

    25 984,51
    -587,36 (-2,21 %)
     
  • EUR/USD

    0,9566
    -0,0032 (-0,33 %)
     
  • HANG SENG

    17 475,10
    -385,21 (-2,16 %)
     
  • BTC-EUR

    19 585,86
    -1 639,34 (-7,72 %)
     
  • CMC Crypto 200

    428,94
    -30,20 (-6,58 %)
     
  • S&P 500

    3 647,29
    -7,75 (-0,21 %)
     

Le chèque alimentaire absent du budget 2023, mais Bercy ne renonce pas à son déploiement

AFP/Archives - PHILIPPE DESMAZES

Promis fin 2020 par Emmanuel Macron, le chèque alimentaire devait voir le jour en 2023. Problème: aucun budget pour cette mesure dédiée aux foyers les plus modestes n'a été inscrit dans le projet de loi finances 2023.

Aucun crédit ne sera dédié à un éventuel chèque alimentaire dans le budget 2023, a indiqué Bercy lundi à l'AFP, bien que la réflexion sur cette aide promise par Emmanuel Macron se poursuive, selon le ministère de l'Agriculture. "Il n'y aura pas de ligne budgétaire pour le chèque alimentaire dans le PLF (projet de loi finances) 2023", a-t-on appris lundi auprès du ministère de l'Economie.

Lire aussi

"L'idée n'est pas rejetée"

Casse-tête pour l'exécutif, le chèque alimentaire devait initialement permettre aux foyers modestes d'acheter des produits frais et locaux, mais devant la complexité du système, le gouvernement avait annoncé en juin qu'il se fondrait dans un "chèque inflation", plus simple, distribué à la rentrée.

La Première ministre Elisabeth Borne avait toutefois précisé au même moment que la réflexion continuerait sur un chèque alimentaire plus ciblé sur les produits "de qualité" et "bio", une version ardemment défendue par les syndicats agricoles qui le voudraient aussi vertueux pour la production agricole.

Dans une interview lundi sur LCI, le ministre de l'Economie Bruno Le Maire n'a fait aucune allusion à cette piste. L'exécutif n'est pas parvenu "à construire un dispositif qui soit opérationnel, efficace, rapide" et "qui ne profite pas aux produits étrangers, aux produits importés", a-t-il simplement constaté. Sans un mot pour la suite.

"L'idée n'est pas rejetée", a soutenu le ministre de l'Agriculture, Marc Fesneau, lundi matin sur l'antenne de Sud Radio. "On est en train d'y travailler avec Jean-Christophe Combe (ministre des Solidarités, de l'Autonomie et des personnes handicapées, ndlr), puisque c'est une question plutôt de solidarité", a-t-il affirmé. "C'est au moment budgétaire que les choses commenceront à se caler" mais reste encore à savoir "quel type de produits, quel type de public, quel circuit de distribution", a poursuivi le ministre.

(Avec l'AFP)

Retrouvez cet article sur challenges.fr

A lire aussi