La bourse ferme dans 3 h 21 min
  • CAC 40

    7 143,70
    -90,24 (-1,25 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 207,63
    -50,35 (-1,18 %)
     
  • Dow Jones

    33 926,01
    -127,89 (-0,38 %)
     
  • EUR/USD

    1,0778
    -0,0019 (-0,17 %)
     
  • Gold future

    1 885,20
    +8,60 (+0,46 %)
     
  • BTC-EUR

    21 250,27
    -417,42 (-1,93 %)
     
  • CMC Crypto 200

    526,01
    -10,84 (-2,02 %)
     
  • Pétrole WTI

    74,13
    +0,74 (+1,01 %)
     
  • DAX

    15 354,54
    -121,89 (-0,79 %)
     
  • FTSE 100

    7 850,52
    -51,28 (-0,65 %)
     
  • Nasdaq

    12 006,96
    -193,84 (-1,59 %)
     
  • S&P 500

    4 136,48
    -43,28 (-1,04 %)
     
  • Nikkei 225

    27 693,65
    +184,19 (+0,67 %)
     
  • HANG SENG

    21 222,16
    -438,31 (-2,02 %)
     
  • GBP/USD

    1,2066
    +0,0009 (+0,08 %)
     

CGT: Marie Buisson, le choix "clivant" de Martinez pour sa succession

JéréMie Fulleringer/La Montagne/Maxppp

Qui va prendre la suite de Philippe Martinez ? La favorite pour prendre la tête de la CGT, Marie Buisson va devoir affronter des oppositions déterminées pour devenir la première femme secrétaire générale de la CGT, en mars 2023.

En annonçant aux dirigeants de la CGT le 31 mai son souhait de passer la main à la secrétaire générale de la Fédération de l'éducation, de la recherche et de la culture (Ferc-CGT), Philippe Martinez a "surpris", selon des sources internes. Peu connue du grand public, et même au sein de la CGT, la dirigeante syndicale âgée de 54 ans - qui ne souhaite pas rencontrer la presse pour l'instant - ne fait pas l'unanimité. "Marie Buisson est quelqu'un d'assez effacé. Elle n'a pas porté de lutte emblématique", dit une ancienne responsable sous couvert d'anonymat.

Lire aussiCGT : Philippe Martinez passera la main en 2023

Opposant à Philippe Martinez, le patron de la fédération de la Chimie, Emmanuel Lépine, ne prend pas de gant: "J'ai du mal à croire que qui que ce soit envisage que la candidature de Marie Buisson puisse être une candidature sérieuse", dit le syndicaliste, qui note qu'elle appartient à une "fédération minoritaire dans son champ professionnel" et qu'elle n'a pas assis sa légitimité en menant une grande bataille syndicale. Surtout, le choix de Marie Buisson est "clivant" - "kamikaze", dit une source. Chargée des questions environnementales à la direction de la Confédération, Marie Buisson représente la CGT au sein du collectif "Plus jamais ça", qui réunit des associations, ONG et syndicats pour aborder de front questions environnementales et sociales.

Plusieurs grosses fédérations industrielles ne se retrouvent pas dans les orientations de "Plus jamais ça", notamment sur le nucléaire, et un front plus large encore critique l'absence de débat démocratique au sein de la CGT sur cette alliance créée en mars 2020.

"Prolonger la démarche féministe"

Interrogé par l'AFP, Philippe Martinez justifie son choix: "Je considère que la CGT doit poursuivre et amplifier ce qu'elle a commencé à faire (...), davantage prendre en compte la diversité du monde du travail, conjuguer les questions sociales et environnementales". En outre, "il y a une certaine fierté de prolonger la [...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi