Marchés français ouverture 7 h 25 min

La CGT estime que le gouvernement aura "la responsabilité totale" d'un conflit à la SNCF

1 / 2

La CGT estime que le gouvernement aura "la responsabilité totale" d'un conflit à la SNCF

Le premier syndicat de l'entreprise ferroviaire a remis au Premier ministre son contre-projet. Mais Philippe Martinez, secrétaire général de la CGT, déplore l'attitude du gouvernement, à savoir "son refus de revoir ses positions, en tout cas de revoir l'échéancier". Edouard Philippe a réagi en disant s'attendre à un débat "intense".

Le secrétaire général de la CGT, Philippe Martinez, a accusé le gouvernement de "choisir l'affrontement" avec les cheminots, estimant qu'il aurait "la responsabilité totale" d'un conflit à la SNCF s'il refusait de revoir ses positions et son calendrier, après avoir été reçu mardi à Matignon.      

La CGT, premier syndicat de l'entreprise ferroviaire, a remis mardi au Premier ministre Édouard Philippe son propre rapport sur la SNCF, un contre-projet destiné à "réorienter les décisions du gouvernement".  "Sans surprise le Premier ministre considère notre projet légitime (...) mais il considère qu'il n'a pas à changer sa méthode, c'est-à-dire qu'on discute d'un côté et qu'on avance de l'autre", a regretté Philippe Martinez devant les journalistes. 

"Face à un gouvernement qui ne veut pas écouter,(...) je ne vois pas comment on pourrait échapper à ce que les cheminots réagissent", a-t-il dit. "S'il y a un conflit, il sera de la responsabilité totale du gouvernement par son refus de revoir ses positions, en tout cas de revoir l'échéancier qu'il s'est fixé et sur lequel il ne veut pas bouger", a insisté Philippe Martinez, regrettant que l'exécutif "préfère choisir l'affrontement avec les salariés de la SNCF". 

Le débat sera "intense"

Edouard Philippe a réagi en disant s'attendre à un débat "intense" autour de la réforme de la SNCF. "Le débat commence, et je ne doute pas une...

Lire la suite sur BFM Business

A lire aussi