La bourse ferme dans 59 min
  • CAC 40

    5 791,41
    -18,32 (-0,32 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 690,28
    -17,44 (-0,47 %)
     
  • Dow Jones

    31 376,20
    -15,32 (-0,05 %)
     
  • EUR/USD

    1,2055
    -0,0032 (-0,27 %)
     
  • Gold future

    1 708,80
    -24,80 (-1,43 %)
     
  • BTC-EUR

    42 204,78
    +716,31 (+1,73 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 016,97
    +28,88 (+2,92 %)
     
  • Pétrole WTI

    60,86
    +1,11 (+1,86 %)
     
  • DAX

    13 990,53
    -49,27 (-0,35 %)
     
  • FTSE 100

    6 622,59
    +8,84 (+0,13 %)
     
  • Nasdaq

    13 143,21
    -215,58 (-1,61 %)
     
  • S&P 500

    3 841,00
    -29,29 (-0,76 %)
     
  • Nikkei 225

    29 559,10
    +150,93 (+0,51 %)
     
  • HANG SENG

    29 880,42
    +784,56 (+2,70 %)
     
  • GBP/USD

    1,3923
    -0,0034 (-0,24 %)
     

Comment la CGT est devenue pragmatique avec la crise

·2 min de lecture

Depuis un an, le syndicat accepte la grande majorité des accords dans les entreprises où il est implanté. Une attitude conciliante et étonnante, à l'opposé du discours contestataire servi au niveau national.

Jamais leurs mains n'ont tremblé. Les délégués syndicaux de la CGT des Aéroports de Paris (ADP) ont signé, fin décembre, une rupture conventionnelle collective, un dispositif des ordonnances Macron sur le Code du travail datant de 2017, honni par Philippe Martinez, le leader de la centrale de Montreuil. Leur objectif : faire partir jusqu'à 1 500 personnes (20 % des effectifs), dont beaucoup de seniors proches de la retraite, grâce à des mesures attractives (prime de départ, prise en charge de 65 % du salaire brut pendant quatre ans…). « Avec la crise du Covid, on doit faire face à une réalité économique pas facile, reconnaît Daniel Bertone, le secrétaire général de la CGT-ADP. On assume ce côté pragmatique. Faire partir en départ anticipé des seniors permet de sauvegarder l'emploi en évitant des licenciements secs. » Mais quand la direction du groupe a voulu, fin janvier, baisser les salaires de 8 %, la CGT a vu rouge et menace désormais d'entamer une grève « dure et longue », selon le délégué syndical.

Il n'empêche, cet exemple résume bien l'attitude actuelle du syndicat dans les entreprises : oui à la négociation, même si ce n'est pas à n'importe quel prix. « Lorsqu'un accord nous paraît équilibré et acceptable socialement, on est prêt à le soutenir », poursuit Daniel Bertone. On est bien loin de la ligne dure de la confédération, qui dénonce la politique jugée trop libérale d'Emmanuel Macron et refuse de signer des accords interprofessionnels sur des sujets aussi essentiels que la santé au travail (lire l'encadré).

Alors, la CGT, syndicat schizophrène ? C'est ce que laisse entendre le pape du social, Pierre Ferracci, à la tête du cabinet de conseil Alpha : « L'an dernier, selon le ministère du Travail, la CGT a signé 85 % des accords d'entreprise là où elle est implantée, commente-t-il. Ce phénomène n'est pas nouveau et montre la CGT sous un visage plus pragmatique que ne le laissent transparaître les prises de parole tranchées des responsables nationaux sur des [...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi