Publicité
La bourse ferme dans 7 h 13 min
  • CAC 40

    7 532,32
    -54,23 (-0,71 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 838,02
    -32,10 (-0,66 %)
     
  • Dow Jones

    40 665,02
    -533,08 (-1,29 %)
     
  • EUR/USD

    1,0883
    -0,0018 (-0,16 %)
     
  • Gold future

    2 421,80
    -34,60 (-1,41 %)
     
  • Bitcoin EUR

    58 315,28
    -1 233,63 (-2,07 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 322,38
    -8,52 (-0,64 %)
     
  • Pétrole WTI

    82,45
    -0,37 (-0,45 %)
     
  • DAX

    18 223,20
    -131,56 (-0,72 %)
     
  • FTSE 100

    8 152,66
    -52,23 (-0,64 %)
     
  • Nasdaq

    17 871,22
    -125,68 (-0,70 %)
     
  • S&P 500

    5 544,59
    -43,68 (-0,78 %)
     
  • Nikkei 225

    40 063,79
    -62,56 (-0,16 %)
     
  • HANG SENG

    17 414,07
    -364,34 (-2,05 %)
     
  • GBP/USD

    1,2926
    -0,0021 (-0,17 %)
     

"C'est terminé", le message fort des joueuses espagnoles et suédoises contre les agressions et les comportements machistes

AFP

Les championnes du monde espagnoles de football et leurs adversaires suédoises ont transmis un message fort avant leur match de Ligue des nations vendredi à Göteborg: les agressions sexuelles et comportements machistes comme le baiser forcé de Luis Rubiales à Jenni Hermoso, "c'est terminé".
Les 22 joueuses ont posé derrière une banderole commune reprenant le slogan "Se Acabo", "c'est terminé", ajoutant que le combat des internationales espagnoles était "un combat mondial" pour l'égalité entre les hommes et les femmes, dans le sport et dans la société. Juste avant ce geste fort, les Espagnoles ont levé le poing sur leur photo officielle pour laisser apparaître des bandages à leurs poignets.

Neuf "grévistes" titulaires au coup d'envoi

La plupart ont écrit au feutre le même message "Se Acabo", tandis que d'autres ont simplement marqué "Jenni" ou le numéro 10 de Jennifer Hermoso, non convoquée par la nouvelle sélectionneuse Montse Tomé pour cette rencontre pour "la protéger". Neuf des 23 championnes du monde, qui refusaient de revenir en sélection depuis l'affaire Rubiales, demandant des changements profonds au sein de la Fédération espagnole de football, sont finalement titulaires au coup d'envoi.

Sur le terrain, le spectacle a été au rendez-vous pour ce remake de la demi-finale du Mondial. Menées sur un but de la tête de Magdalena Eriksson, les Espagnoles ont été récompensées de leur domination grâce à Athenea Del Castillo et une superbe frappe du gauche d'Eva Navarro. L'égalisation de Lina Hurtig deux minutes plus tard n'a pas freiné les ambitions des joueuses de Montse Tomé, qui ont arraché la victoire à la 94e minute sur un pénalty de Mariona Caldentey (2-3).

Article original publié sur RMC Sport