La bourse est fermée
  • Dow Jones

    27 463,19
    -222,19 (-0,80 %)
     
  • Nasdaq

    11 431,35
    +72,41 (+0,64 %)
     
  • Nikkei 225

    23 485,80
    -8,54 (-0,04 %)
     
  • EUR/USD

    1,1795
    -0,0018 (-0,15 %)
     
  • HANG SENG

    24 787,19
    -131,59 (-0,53 %)
     
  • BTC-EUR

    11 548,14
    +448,79 (+4,04 %)
     
  • CMC Crypto 200

    269,76
    +8,47 (+3,24 %)
     
  • S&P 500

    3 390,68
    -10,29 (-0,30 %)
     

C'est le moment de demander une augmentation si vous vous êtes beaucoup investi depuis le début de la crise

·2 min de lecture

La crise économique n'en est qu'à ses débuts. Les dispositifs mis en place par le gouvernement, comme le chômage partiel et les reports de charge, ont permis un temps d'éviter le pire. Mais de vastes plans sociaux et des destructions d'emplois massives ont déjà été annoncées. Et les faillites pourraient se multiplier parmi les petites et moyennes entreprises. Si des secteurs apparaissent sinistrés, comme l'aérien, le tourisme ou encore l'événementiel, d'autres sont parvenus à limiter les dégâts, si ce n'est prospérer ces derniers mois.

"Certains secteurs s'en sont sortis mieux que d'autres", relève Virginie Foyard, directrice associée du cabinet de recrutement Robert Half France. Pour elle, des salariés peuvent donc légitimement se manifester auprès de leur hiérarchie pour négocier une augmentation. "Pendant le confinement, des salariés ont été extrêmement sollicités, ils ont acquis de nouvelles compétences et se sont rendus compte de leur valeur", ajoute-t-elle. La pandémie a conduit de nombreux travailleurs à assumer de nouvelles tâches, mais aussi à réévaluer leurs priorités de carrière.

Dans ce contexte, pas étonnant que 90% des dirigeants français se disent "inquiets de voir partir leurs meilleurs salariés", selon un sondage en ligne réalisé en juillet 2020 par Robert Half, auprès de 301 cadres d'entreprises en France. Pour espérer conserver leurs talents, "les employeurs ont intérêt à suivre régulièrement les tendances de salaires, être en mesure d'agir rapidement et savoir négocier efficacement", estime Olivier Gélis, directeur général de Robert Half France.

Les salariés issus de secteurs porteurs ne doivent pas hésiter à aller taper sur l'épaule de leur supérieur. "À l'inverse, si l'entreprise se trouve en difficulté, avec des licenciements économiques, il est beaucoup plus compliqué d'aller négocier. Mais cela n'empêche pas de signaler à votre supérieur ce que vous avez fait pendant la crise", précise Virginie Foyard. Même si ce n'est pas le bon moment pour demander (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Alternance : 9 conseils pour trouver une entreprise d’accueil 'malgré tout'
Voici 7 métiers très recherchés en cette période de crise
Managers, voici 9 conseils pour une reprise efficace en cette période de crise
Comment les entreprises doivent maintenant penser et co-construire le télétravail à long terme
Netflix ne rouvrira pas ses bureaux tant que 'la majorité' des gens ne seront pas vaccinés