La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 733,69
    +47,52 (+0,71 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 188,81
    +33,08 (+0,80 %)
     
  • Dow Jones

    35 677,02
    +73,94 (+0,21 %)
     
  • EUR/USD

    1,1646
    +0,0015 (+0,13 %)
     
  • Gold future

    1 793,10
    +11,20 (+0,63 %)
     
  • BTC-EUR

    52 573,78
    -286,14 (-0,54 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 453,34
    -49,69 (-3,31 %)
     
  • Pétrole WTI

    83,98
    +1,48 (+1,79 %)
     
  • DAX

    15 542,98
    +70,42 (+0,46 %)
     
  • FTSE 100

    7 204,55
    +14,25 (+0,20 %)
     
  • Nasdaq

    15 090,20
    -125,50 (-0,82 %)
     
  • S&P 500

    4 544,90
    -4,88 (-0,11 %)
     
  • Nikkei 225

    28 804,85
    +96,27 (+0,34 %)
     
  • HANG SENG

    26 126,93
    +109,40 (+0,42 %)
     
  • GBP/USD

    1,3760
    -0,0036 (-0,26 %)
     

"C'est une belle usine à fric" : Artus raconte sa mauvaise expérience au cours Florent

·1 min de lecture

C'est sans nul doute l'école d'acteurs la plus réputée en France. On ne compte plus les stars du cinéma et du théâtre passées par le cours Florent. Parmi ses nombreux anciens élèves, on trouve Artus. Mais le comédien et humoriste n'a vraiment pas apprécié cette expérience, écourtée après "deux ou trois mois" de cours seulement. Il explique sans mâcher ses mots les "mille raisons" de son antipathie, samedi sur Europe 1, à l'occasion de son invitation dans l'émission d'Isabelle Morizet Il n'y a pas qu'une vie dans la vie.

>> Retrouvez les émissions d'Isabelle Morizet tous les week-ends de 13h à 14h sur Europe 1 ainsi qu’en podcast et en replay ici

"J'arrivais de Montpellier. J'étais provincial, j'étais rugbyman. Ce que les gens de Paris appellent un beauf", résume l'humoriste. "Et quand j'arrive dans ce truc-là, je ne vois que des grands filiformes avec les cheveux longs qui portent des chaussures Repetto. J'ai eu l'impression d'être dans un sketch des Inconnus."

"Il faut savoir qu'il y a des videurs au cours Florent"

"Je me demandais qui étaient ces gens, qui en plus te jugent", se souvient Artus. "Quand tu arrives à Paris, tu n'es pas bien, tu changes de vie. Et tu as ces gens-là qui, vraiment, te regardent de haut en bas." Des personnes avec lesquelles le futur humoriste sent un important décalage économique. C'est ce dernier qui va le pousser à quitter la formation.

"Je travaillais à côté. Je faisais des extras en cuisine, je gardais les enfants à Saint-Cloud que j'all...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles