La bourse est fermée

Ces objets de stars qui font monter les enchères

Emmanuel Schafroth
Emmanuel Schafroth
La Rolls de Brigitte Bardot, vendue aux enchères pour 286.000 euros

Quand les prix s'envolent dans les ventes aux enchères, au-delà de l'objet lui-même, c'est parfois son ancien propriétaire que les acquéreurs achètent en quelque sorte par procuration. Cela ne frappe peut-être pas votre esprit à chaque instant, surtout si vos fins de mois sont un peu difficile, mais l'argent coule à flots depuis la crise financière de la fin de la décennie précédente. Pour relancer l'économie, les banques centrales y ont massivement injecté des liquidités qui, faute de se répartir équitablement dans tous les portefeuilles, ont sans doute contribué à l'augmentation du nombre de milliardaires sur la planète.

 

Cette moto est banale... son ancien propriétaire ne l'est pas

En un mot, ce n'est pas la crise pour tout le monde et on en a la preuve dans le petit monde des ventes aux enchères, où les estimations des commissaires-priseurs sont parfois dépassées de manière significative lorsque le marteau tombe. Certains objets prennent une valeur particulière aux yeux des acheteurs du fait qu'ils ont appartenu à des personnalités connues. C'est particulièrement le cas lorsque l'objet en question est un véhicule, assez naturellement pourvoyeur de fantasmes. Récemment, une banale moto Husqvarna 250 WR de 1981 figurait ainsi au programme d'une vente aux enchères de la maison Artcurial. Sa seule originalité : avoir appartenu à l'humoriste Coluche. Si les prix ne se sont pas envolés jusqu'au ciel, l'acheteur a tout de même dépensé 7.748 euros, frais inclus, soit sensiblement plus que l'estimation faite pour cette bécane ancienne sans être mythique (2.000 et 4.000 euros). De même, la Fiat Shellette cabriolet ayant appartenu à Philippe Starck est-elle partie pour plus près de 42.000 euros, à comparer à une estimation comprise entre 30.000 et 40.000 euros. 

 

 John Lennon plus mythique que Bardot ?

Parfois, la célébrité des anciens propriétaires ne suffit cependant pas à faire monter les prix au-dessus des ambitions du commissaire-priseur, notamment quand les qualités et la rareté du véhicule lui confèrent déjà un prix assez élevé. Ainsi, une superbe Rolls Royce Silver Cloud Cabriolet bleu nuit de 1962 a trouvé acquéreur pour 286.000 euros, un montant plutôt dans le bas de la fourchette d'estimation (260.000 à 360.000 euros). Ce bijou est pourtant passé entre les mains de Charles Aznavour et surtout de Brigitte Bardot, ce qui aurait pu alimenter la fièvre des collectionneurs. BB serait-elle passée de mode ? Sans doute, et la pop star des sixties Richard Anthony encore plus. Son Aston Martin DB6 Vantage a été vendue pour 286.000 euros, un chiffre plutôt modeste. Evidemment, si elle avait appartenu à Sean Connery...

Petite déception aussi pour la Chevrolet Bel Air customisée de Ringo Starr et sa décoration tout feu tout flammes, vendue pour 47.650 euros alors que son évaluation haute était de 80.000. De l'inconvénient d'être un Beatles sans être John Lennon. En juillet 2013, une Ferrari 330 GT 2+2 bleu azur datant de 1965 et ayant appartenu au plus célèbre des quatre garçons de Liverpool s'était vendue au Festival de la vitesse à Goodwood pour la modique somme de 359.000 livres sterling (436.000 euros). Par comparaison, une voiture identique, mais sans propriétaire célèbre, a été adjugée presque quatre fois moins cher début 2014.

 

Liz Taylor et Marylin Monroe, célébrités immortelles

Lorsque leur ancien propriétaire a atteint une dimension mythique, certains objets peuvent atteindre des valeurs stratosphériques. En décembre 2011, la vente des bijoux de l'actrice Liz Taylor a battu tous les records, les 80 lots permettant d'engranger un total de 116 millions de dollars, dont 11,8 millions pour La Peregrina, une perle de 55 carats ayant appartenu à la famille royale espagnole. Pas facile à porter, mais sans doute plus que cette robe jadis blanche mais tirant sur le beige du fait de son âge (près de 60 ans) : elle a pourtant été adjugée 4,6 millions de dollars en 2011. Il est vrai que, portée par une certaine Marylin Monroe dans le film "Sept ans de réflexion", c'est cette même robe qui, soulevée par l'air d'une bouche de métro, révéla si joliment ses dessous, alimentant les fantasmes de toute une génération d'hommes. Dans un genre moins glamour, même les dossiers médicaux de l'icône de la blondeur ont trouvé preneur pour près de 19.000 euros en 2013. Un peu cher tout de même pour quelques radios des poumons !

En revanche, le statut de star moderne de Kim Kardashian n'a pas empêché une de ses bagues de partir aux enchères pour "seulement" 620.000 dollars, soit le tiers de son estimation. Il faut dire que le bijou était vendu par son éphémère ex-mari Kris Humphries et n'était autre que la bague de fiançailles qu'il lui avait brièvement passée au doigt. Il faut croire que le manque de classe ne paye pas.

 

Emmanuel Schafroth