La bourse est fermée
  • Dow Jones

    29 926,94
    -346,93 (-1,15 %)
     
  • Nasdaq

    11 073,31
    -75,33 (-0,68 %)
     
  • Nikkei 225

    27 311,30
    +190,80 (+0,70 %)
     
  • EUR/USD

    0,9799
    -0,0085 (-0,86 %)
     
  • HANG SENG

    18 012,15
    -75,82 (-0,42 %)
     
  • BTC-EUR

    20 360,45
    -266,03 (-1,29 %)
     
  • CMC Crypto 200

    456,11
    -7,01 (-1,51 %)
     
  • S&P 500

    3 744,52
    -38,76 (-1,02 %)
     

Notre cerveau aussi déteste les insultes

Les insultes ont un impact plus rapide et plus foisonnant sur le cerveau qu’un compliment ou qu’un simple constat. Cela ressemble en fait à une claque, mais sous forme verbale, selon une équipe de recherche.

Les insultes verbales sont reçues comme une claque. Elles font mal et on les ressasse parfois pendant des heures. Si répétées, elles peuvent même atteindre la santé mentale. Clairement, on préfère donc recevoir des compliments plutôt que des insultes. Mais, c’est aussi le cas pour notre cerveau qui ne réagit pas de la même façon à ces différents types de commentaires envers nous.

C’est ce que montre une étude, publiée en juillet 2022 dans Frontiers in Communication et repérée le 4 septembre par ScienceAlert. L’objectif des auteurs : explorer l’interface entre le langage et les émotions. Cette équipe néerlandaise a surveillé l’activité cérébrale de 80 participantes en fonction d’insultes (« tu es idiote »), de compliments (« tu es impressionnante ») ou de faits neutres (« tu es une étudiante »).

Les insultes ont un effet durable pour le cerveau

En comparaison à des remarques plus positives, les insultes déclenchent une réponse « très rapide », une sorte de petite vague dans l’activité cérébrale. En clair, ces transgressions verbales captent « de manière très robuste » l’attention du cerveau, écrit l’équipe de recherche, peu importe d’ailleurs que l’insulte soit unique ou répétée.

[Lire la suite]