La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 385,51
    +28,42 (+0,45 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 034,25
    +34,81 (+0,87 %)
     
  • Dow Jones

    34 777,76
    +229,26 (+0,66 %)
     
  • EUR/USD

    1,2167
    +0,0098 (+0,82 %)
     
  • Gold future

    1 832,00
    +16,30 (+0,90 %)
     
  • BTC-EUR

    47 274,07
    -1 673,35 (-3,42 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 480,07
    +44,29 (+3,08 %)
     
  • Pétrole WTI

    64,82
    +0,11 (+0,17 %)
     
  • DAX

    15 399,65
    +202,95 (+1,34 %)
     
  • FTSE 100

    7 129,71
    +53,54 (+0,76 %)
     
  • Nasdaq

    13 752,24
    +119,44 (+0,88 %)
     
  • S&P 500

    4 232,60
    +30,98 (+0,74 %)
     
  • Nikkei 225

    29 357,82
    +26,42 (+0,09 %)
     
  • HANG SENG

    28 610,65
    -26,85 (-0,09 %)
     
  • GBP/USD

    1,3990
    +0,0098 (+0,70 %)
     

Certificats d'économie d'énergie : le gouvernement réhausse finalement les obligations

·1 min de lecture

Suite aux concertations menées avec les acteurs du secteur, le gouvernement a augmenté les objectifs d'économies d'énergie fixés dans le cadre du dispositif des certificats d'économies d'énergie (CEE), pour la période 2022-2025. Le dispositif des CEE repose sur une obligation de réalisation d'économies d'énergie imposée par les pouvoirs publics aux vendeurs d'énergie (comme EDF, Engie, Total, etc.), appelés les "obligés". Ce mécanisme finance notamment des travaux d'isolation thermique ou d'installation de chauffage plus performant.

Concrètement, les CEE se traduisent par un volume d'énergie épargnée à atteindre pour chaque vendeur d'énergie : celui-ci peut les obtenir en incitant directement ses clients à réduire leur consommation d'énergie, par exemple en offrant des primes pour certains travaux de rénovation énergétique, ou en les achetant auprès d'intermédiaires. Pour la nouvelle période 2022-2025, le gouvernement prévoit désormais des obligations globales d'économies d'énergie de 2.500 térawattheures (TWh), a indiqué le ministère de la Transition écologique dans un communiqué.

C'est un peu plus que les 2.400 TWh qui avaient été annoncés en février et mis en consultation. Ce qui représente une hausse de 17% par rapport à la période précédente (2018-2021). Sur ce total, au moins 730 TWh "seront réalisés au bénéfice des ménages en situation de précarité énergétique, contre 600 TWh dans la version soumise à la consultation", souligne le ministère. Cette augmentation "traduit la (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Expulsions locatives : comment le gouvernement prépare la sortie de trêve hivernale
Immobilier : voici les villes où les locataires parisiens investissent le plus... pour mettre en location
Un agent immobilier condamné pour avoir presque doublé le prix d'un bien
Passoires thermiques : les exceptions prévues à la future interdiction de location
Immobilier : ces villes de plus de 50.000 habitants où les prix augmentent le plus vite depuis un an