Marchés français ouverture 3 h 11 min
  • Dow Jones

    34 347,03
    +152,93 (+0,45 %)
     
  • Nasdaq

    11 226,36
    -58,94 (-0,52 %)
     
  • Nikkei 225

    28 131,20
    -151,83 (-0,54 %)
     
  • EUR/USD

    1,0363
    -0,0042 (-0,40 %)
     
  • HANG SENG

    17 225,41
    -348,17 (-1,98 %)
     
  • BTC-EUR

    15 638,55
    -483,24 (-3,00 %)
     
  • CMC Crypto 200

    379,98
    -2,68 (-0,70 %)
     
  • S&P 500

    4 026,12
    -1,14 (-0,03 %)
     

CentraleSupélec: des violences sexistes et sexuelles en baisse en 2022

ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP

Sept viols, 76 "contacts physiques ou agressions", 42 harcèlements sexuels, 136 propos sexistes... Les résultats de la deuxième enquête sur les violences sexistes et sexuelles (VSS) de CentraleSupélec montrent une "baisse sensible du nombre de VSS". Malgré cette évolution encourageante, CentraleSupélec rappelle son objectif de "zéro VSS".

La première enquête sur sur les violences sexistes et sexuelles (VSS) à CentraleSupélec avait eu l'effet d'une bombe. La seconde était attendue avec impatience. Une synthèse des résultats publiée le 26 septembre 2022, montre "une baisse significative, encourageante pour poursuivre les efforts entrepris", fait valoir l’établissement dans un communiqué, en comparaison à la première enquête réalisée à la rentrée 2021.

Réalisée en juillet, cette deuxième enquête fait état de 83 cas de viols ou d’agressions sexuelles, contre 176 en 2020-2021. Sept étudiantes déclarent avoir été victimes d’au moins un viol, soit 13 de moins qu’en 2021, et aucun homme n’affirme avoir subi un viol, contre 8 l’année précédente. Hommes et femmes compris, l’enquête relate 76 "contacts physiques et agressions" (contre 148 en 2021), 42 cas de harcèlement sexuel (contre 74) et 136 propos sexistes (contre 135). Dans cet établissement peu féminisé – 974 femmes sur 4.400 étudiants - les victimes sont très majoritairement des femmes.

Lire aussi#SciencesPorcs : l'autre affaire qui replace la lutte contre les violences sexuelles comme priorité de Sciences Po

Cette année, une nouvelle catégorie de réponses a été ajoutée, permettant aux étudiants de signaler les cas où ils ne sont "pas sûrs" d’avoir été victimes de viol, d’agression sexuelle, de harcèlement etc. Sans que l’on puisse comparer ces données à l’enquête précédente dépourvue de ce type de réponses, on apprend que trois étudiantes et deux étudiants ne sont "pas sûrs" d’avoir été victimes de viol, en 2021-2022. En ce qui concerne le harcèlement sexuel, les femmes sont 13 et les hommes sont 5 à ne pas être certains d’en avoir fait l’objet.

Les auteurs sont majoritairement des élèves

Pour l’ensemble des actes mentionnées dans l’étude, les auteurs sont majoritairement des élèves. Sur les 12 cas de viols ou de soupçons de viol signalés, 11 auraient été commis par un élève de l’école, et un par une personne extérieure. Dans trois cas, ils ont eu lieu[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi