Marchés français ouverture 6 h 5 min
  • Dow Jones

    30 814,26
    -177,24 (-0,57 %)
     
  • Nasdaq

    12 998,50
    -114,10 (-0,87 %)
     
  • Nikkei 225

    28 265,82
    -253,36 (-0,89 %)
     
  • EUR/USD

    1,2083
    -0,0001 (-0,01 %)
     
  • HANG SENG

    28 465,64
    -108,22 (-0,38 %)
     
  • BTC-EUR

    29 806,42
    +26,27 (+0,09 %)
     
  • CMC Crypto 200

    701,71
    -33,43 (-4,55 %)
     
  • S&P 500

    3 768,25
    -27,29 (-0,72 %)
     

La Centrafrique se dote d'un scanner et d'un centre d'hémodialyse

·1 min de lecture

La Centrafrique se dote d’un centre d’hémodialyse et d’un centre d’imagerie médicale doté notamment d’un scanner. Une grande première pour le pays qui devrait ainsi améliorer la prise en charge des malades.

Avec notre correspondante à Bangui, Charlotte Cosset

Dialyse, scanner, mammographie, panoramique dentaire… Le centre hospitalier de Bangui fait un bon considérable en matière d’équipement. Mais attention, prévient Abdel-Karim Zakaria, le directeur de l’hôpital général, le matériel ne fait pas tout.

« Une chose est d'avoir ces équipements, une autre chose est d'avoir des hommes compétents pour animer ces équipements et les entretenir pour le bien de la population, insiste le directeur. Le grand problème que nous allons avoir c'est le problème du personnel. Il faudra que nous mettions un accent particulier sur la formation du personnel et le renforcement de leur capacité. C'est vraiment urgent. »

Evacuations sanitaires

Ces deux centres devraient permettre d’abord de sauver des vies, mais aussi de régler en partie la problématique des évacuations sanitaires. « Cela va améliorer le plateau technique (et) faciliter le diagnostic de nos médecins, assure le président de la République Faustin Archange Touadera. Quand ils n'ont pas les moyens de faire leurs diagnostics, on est obligé d'évacuer ces malades et ça coûte cher à l'État. Nous dépensons beaucoup pour évacuer nos malades pour des questions de diagnostic. »

En un an, ce sont 229 personnes qui ont été évacuées sanitairement pour un coût estimé pour l’État à plus de 3 milliards de francs CFA , soit plus de 4,5 millions d’euros.