La bourse ferme dans 7 h 24 min
  • CAC 40

    5 674,86
    -32,02 (-0,56 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 623,89
    -21,16 (-0,58 %)
     
  • Dow Jones

    31 097,97
    +56,87 (+0,18 %)
     
  • EUR/USD

    1,2194
    -0,0036 (-0,29 %)
     
  • Gold future

    1 847,90
    +12,50 (+0,68 %)
     
  • BTC-EUR

    29 130,27
    +135,19 (+0,47 %)
     
  • CMC Crypto 200

    676,19
    -47,54 (-6,57 %)
     
  • Pétrole WTI

    52,00
    -0,24 (-0,46 %)
     
  • DAX

    13 927,67
    -121,86 (-0,87 %)
     
  • FTSE 100

    6 842,94
    -30,32 (-0,44 %)
     
  • Nasdaq

    13 201,98
    +134,48 (+1,03 %)
     
  • S&P 500

    3 824,68
    +20,89 (+0,55 %)
     
  • Nikkei 225

    28 139,03
    +648,93 (+2,36 %)
     
  • HANG SENG

    27 908,22
    +30,00 (+0,11 %)
     
  • GBP/USD

    1,3510
    -0,0050 (-0,37 %)
     

Centerview Partners, la banque qui veut secouer la place de Paris

·1 min de lecture

Plus forts que les loups de Wall Street! Voici deux grands fauves de la finance, les fondateurs de Centerview Partners : Blair ­Effron et Robert Pruzan. Le Paris des affaires les a découverts à la faveur du ­recrutement de ­Matthieu ­Pigasse. Le banquier le plus connu de France, l'ancienne tête de gondole de Lazard, autant dire une prise de guerre. Il a ouvert leur antenne parisienne avec Nicolas Constant, le champion du non-coté chez… Lazard et une petite équipe de campagne au début du mois d'avril.

Leur terrain de jeu? Le conseil en fusions-­acquisitions, les restructurations et la défense contre les activistes. "On a démarré à cinq en plein confinement avec beaucoup d'énergie à un moment où les dirigeants avaient un grand besoin d'échange et de réfléchir à l'après-crise", resitue le banquier depuis ses nouveaux bureaux de l'avenue Matignon. Neuf mois plus tard, son équipe compte une vingtaine de collaborateurs et attend l'arrivée le 1er mars d'une pointure, Grégoire Heuzé, ancien associé-gérant de ­Rothschild. Mais Centerview Paris a déjà rempli sa musette. Sept opérations, dont parmi les plus médiatiques le ­rachat de ­Tiffany par LVMH, comme conseil de Tiffany, et la vente du bloc Suez à Veolia, en tant que conseil des administrateurs ­d'Engie.

"

Le conseil passait au second plan et on commençait à perdre cet esprit de corps entre banquiers

"

Qui se cache derrière ce drôle de nom? "Une machine de guerre", estime la chasseuse de têtes Diane Segalen. Outre-Atlantique, la b...


Lire la suite sur LeJDD