La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 570,19
    -52,40 (-0,79 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 130,84
    -39,03 (-0,94 %)
     
  • Dow Jones

    34 584,88
    -166,44 (-0,48 %)
     
  • EUR/USD

    1,1732
    -0,0040 (-0,34 %)
     
  • Gold future

    1 753,90
    -2,80 (-0,16 %)
     
  • BTC-EUR

    40 639,88
    -977,11 (-2,35 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 193,48
    -32,05 (-2,62 %)
     
  • Pétrole WTI

    71,96
    -0,65 (-0,90 %)
     
  • DAX

    15 490,17
    -161,58 (-1,03 %)
     
  • FTSE 100

    6 963,64
    -63,84 (-0,91 %)
     
  • Nasdaq

    15 043,97
    -137,96 (-0,91 %)
     
  • S&P 500

    4 432,99
    -40,76 (-0,91 %)
     
  • Nikkei 225

    30 500,05
    +176,71 (+0,58 %)
     
  • HANG SENG

    24 920,76
    +252,91 (+1,03 %)
     
  • GBP/USD

    1,3737
    -0,0059 (-0,43 %)
     

Des centaines de manifestants à Washington demandent "la liberté pour Cuba"

·2 min de lecture

Plusieurs centaines de personnes se sont rassemblées lundi à Washington pour demander la "liberté" pour Cuba, et une intervention des Etats-Unis après la répression de manifestations historiques sur l'île.

Portant des drapeaux cubains et américains, les manifestants se sont rendus devant la Maison Blanche puis en face de l'ambassade de Cuba, scandant "à bas la dictature" et "patria y vida" (la patrie et la vie), nom d'une chanson devenue symbolique du mouvement de protestation.

Sur les grilles de l'ambassade, ils ont déposé des panneaux affirmant "nous n'avons plus peur" ou appelant à une "intervention" des Etats-Unis.

"Nous demandons à l'administration Biden d'intervenir militairement parce qu'à Cuba, l'armée affronte des citoyens qui ne sont pas armés", a déclaré à l'AFP Yamila Diaz, 34 ans, née sur l'île.

Kat Moya, 22 ans, Américaine dont le père a fui Cuba, a dit être venue pour montrer sa solidarité avec le peuple de ce pays: "ils ne profitent pas des libertés que nous avons ici, nous avons le droit d'être là alors qu'eux se font frapper lorsqu'ils font la même chose".

"C'est la première fois que le peuple cubain est aussi uni, à l'intérieur et à l'extérieur de Cuba", a estimé Carlos Rodriguez, 29 ans. "Nous ne voulons pas du communisme, nous voulons qu'il s'arrête", a-t-il ajouté.

La semaine dernière, l'administration Biden a imposé des sanctions contre le ministre de la Défense cubain et a affirmé chercher le moyen de rétablir l'accès à internet sur l'île, ainsi que le moyen de permettre aux Cubains-Américains d'envoyer de l'argent à leurs proches, sans que le gouvernement cubain n'y prenne sa part.

Le pays, plongé dans une grave crise économique, a connu des manifestations sans précédent le 11 juillet. A l'issue de ces rassemblements, qui ont fait un mort et des dizaines de blessés, une centaine de personnes ont été arrêtées, selon diverses organisations de l'opposition.

led-kas/seb

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles