La bourse est fermée
  • Dow Jones

    29 570,03
    -340,34 (-1,14 %)
     
  • Nasdaq

    12 194,87
    -10,98 (-0,09 %)
     
  • Nikkei 225

    26 433,62
    -211,09 (-0,79 %)
     
  • EUR/USD

    1,1936
    -0,0034 (-0,29 %)
     
  • HANG SENG

    26 341,49
    -553,19 (-2,06 %)
     
  • BTC-EUR

    16 241,61
    +911,69 (+5,95 %)
     
  • CMC Crypto 200

    380,70
    +16,11 (+4,42 %)
     
  • S&P 500

    3 617,71
    -20,64 (-0,57 %)
     

L'une des victimes de l'agression au couteau près de la Tour Eiffel dénonce "un acte raciste"

franceinfo
·1 min de lecture

Les deux femmes accusées d'avoir poignardé deux femmes sur le Champ de Mars à Paris, dimanche 18 octobre, ont été mises en examen pour "violences volontaires à caractère raciste". L'une a été placée sous contrôle judiciaire, l'autre en détention provisoire. Tout est parti d'une dispute à propos de leur chien qui n'était pas tenu en laisse, puis le ton est monté. Les deux victimes dénoncent, elles, une agression raciste.

"Elles nous ont traitées de 'sales Arabes' "

Quatre jours après l'agression, Kenza, 19 ans, a un encore un bandage autour de la tête, très mal au ventre et l'air épuisée. Le soir de l’agression, elle se promène en famille, cinq adultes et quatre enfants, sur le Champ de Mars. Un chien, un pitbull selon elle, s'approche alors des petits. Les deux propriétaires de l'animal, deux femmes d'une vingtaine d'années, arrivent. Elles sont alcoolisées et le ton monte immédiatement, raconte Kenza : "Une des femmes s’est approchée de ma soeur, qui est voilée, et a voulu lui arracher son voile. Donc moi, je me suis interposée. À ce moment, elles nous ont traitées de 'sales Arabes'. Elles étaient violentes."

Elle ne s’arrêtait pas, elle s’est acharnée. Son but c’était de me tuer.

Kenza, 19 ans

Kenza est blessée à la (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi