La bourse est fermée

A cause du coronavirus, Airbus table sur une année "encore plus difficile" sur le long-courrier

1 / 2

Airbus reprend sa production en France et en Espagne, avec des usines tournant au ralenti

Le président exécutif d'Airbus, Guillaume Faury, est pessimiste. Devant un parterre de sénateurs de la commission des Affaires économiques, il a déclaré ce mercredi qu'il convenait de s'attendre en 2020 "à une situation probablement encore plus difficile cette année et l'année prochaine, étant donné l'impact du coronavirus sur le trafic international, l'arrêt d'un certain nombre de lignes et donc une certaine surcapacité, au moins à court terme, qui ne va pas améliorer la situation".

>>> Téléchargez l’application BFM Business pour ne rien rater de l’actualité économique et financière

Mauvaise passe       

De fait, le marché de la production de long-courriers (Airbus A330, A350 et Boeing B747, B777 et B787) connaît déjà "une situation très tendue", depuis l'année dernière. Notamment à cause "des prises de commandes et sur la compétition avec Boeing", a précisé le numéro un d'Airbus.

L'épidémie de coronavirus a en effet provoqué une baisse de la demande et conduit de nombreuses compagnies aériennes dans le monde à suspendre tout ou partie de leurs liaisons vers la Chine.   

L'Association internationale du transport aérien (Iata) a évalué le manque à gagner lié à l'impact du nouveau coronavirus sur le trafic aérien à près de 30 milliards de dollars pour les compagnies en 2020, et redoute la "première baisse mondiale" des réservations depuis 2008-2009. 

"Continuer à travailler dur"   

Pour les constructeurs, l'enjeu...

Lire la suite sur BFM Business

A lire aussi