Publicité
La bourse ferme dans 41 min
  • CAC 40

    7 633,37
    -90,95 (-1,18 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 992,28
    -50,74 (-1,01 %)
     
  • Dow Jones

    40 231,26
    +230,36 (+0,58 %)
     
  • EUR/USD

    1,0919
    +0,0010 (+0,09 %)
     
  • Gold future

    2 426,70
    +6,00 (+0,25 %)
     
  • Bitcoin EUR

    57 730,60
    +2 858,09 (+5,21 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 307,70
    +38,75 (+3,05 %)
     
  • Pétrole WTI

    81,71
    -0,50 (-0,61 %)
     
  • DAX

    18 611,57
    -136,61 (-0,73 %)
     
  • FTSE 100

    8 186,03
    -66,88 (-0,81 %)
     
  • Nasdaq

    18 569,17
    +170,73 (+0,93 %)
     
  • S&P 500

    5 651,36
    +36,01 (+0,64 %)
     
  • Nikkei 225

    41 190,68
    -1 033,32 (-2,45 %)
     
  • HANG SENG

    18 015,94
    -277,44 (-1,52 %)
     
  • GBP/USD

    1,2987
    -0,0003 (-0,02 %)
     

Comment « La Catrina » mexicaine est devenue le symbole du jour des morts

Une jeune fille déguisée en "catrina" participe au défilé à Mexico pour célébrer le jour des morts. <a href="https://www.gettyimages.com/detail/news-photo/girl-dressed-as-catrina-walks-while-taking-part-in-the-news-photo/617638204?adppopup=true" rel="nofollow noopener" target="_blank" data-ylk="slk:Yuri Cortez/AFP via Getty Images;elm:context_link;itc:0;sec:content-canvas" class="link ">Yuri Cortez/AFP via Getty Images</a>

Le 13 avril 1944, la police essayait de contenir une foule de plusieurs milliers de personnes sur les marches de l’Art Institute de Chicago.

L’attroupement n’avait rien à voir avec la participation des États-Unis à la Seconde Guerre mondiale, aux conflits sociaux ou à la décision controversée du président Franklin D. Roosevelt de prendre le contrôle des industries locales de Chicago.

En réalité, il s’agissait de visiteurs impatients de visiter le musée. Car tout le monde voulait profiter de la première américaine d’une exposition intitulée « Posada : Printmaker to the Mexican People » (« Posada : graveur du peuple mexicain »).

PUBLICITÉ

L’exposition présentait les gravures de José Guadalupe Posada, un graveur mexicain décédé en 1913. L’exposition présentait ses calaveras (crânes), des illustrations satiriques de crânes et de squelettes réalisées à l’occasion de la fête des Morts et imprimées sur des journaux bon marché imprimés sur une feuille volante, les « broadsides » (bordées).

Une des ces calaveras attirait plus l’attention que les autres.

Connue sous le nom de La Catrina, il s’agissait d’un squelette criard arborant un large sourire et un chapeau à plumes surdimensionné. Une grande reproduction d’elle était accrochée au mur du musée. Le public l’avait vue dans les documents promotionnels du musée. Elle avait même fait la couverture du catalogue de l’exposition. Au Mexique, elle était pratiquement inconnue, mais l’exposition américaine a fait d’elle une sensation internationale.

Aujourd’hui, La Catrina est la création la plus reconnaissable de Posada. Elle est l’icône du Jour des morts, la fête annuelle mexicaine en l’honneur des défunts qui a lieu chaque année les 1er et 2 novembre. Son visage est reproduit à l’infini pendant la fête, à tel point qu’elle est devenue le totem national officieux du Mexique, après la Vierge de Guadalupe.

Si certains pensent qu’il en a toujours été ainsi, La Catrina est en réalité une icône transculturelle dont le prestige et la popularité sont à la fois le fruit d’une invention et d’un accident.

Une vie obscure

Lorsque Posada l’a gravée pour la première fois en 1912, elle ne s’appelait même pas La Catrina.

La couverture du catalogue de « Posada », une exposition organisée en 1944 à l’Art Institute of Chicago, présente celle qui allait être connue sous le nom de La Catrina ». zoomable= <a href="https://www.artic.edu/exhibitions/8526/the-art-of-jose-guadalupe-posada-lent-by-the-department-of-fine-arts-of-mexico" rel="nofollow noopener" target="_blank" data-ylk="slk:The Art Institute of Chicago;elm:context_link;itc:0;sec:content-canvas" class="link ">The Art Institute of Chicago</a>

Dans l’estampe originale, elle est la Calavera Garbancera, un titre utilisé pour désigner les paysannes indigènes qui vendaient des haricots garbanzo (pois chiches) dans les marchés de rue.

Posada l’a dotée de vêtements voyants pour satiriser la façon dont les garbanceras tentaient de se faire passer pour des membres de la classe supérieure en se poudrant le visage et en portant des vêtements français à la mode. Ainsi, dès le début, La Catrina était transculturelle – une femme indigène rurale adoptant des coutumes européennes pour survivre dans la société urbaine et métisse du Mexique.

Comme les autres illustrations de Posada, l’affiche de 1912 était vendue pour un penny à des hommes principalement pauvres et de la classe ouvrière de Mexico et des environs. Mais la Calavera Garbancera n’avait rien de particulier. Comme son créateur, elle est restée dans l’ombre pendant de nombreuses années.

Posada est mort fauché et inconnu, mais ses illustrations lui ont survécu. Son éditeur les a réutilisées pour d’autres affiches jusque dans les années 1920. La Calavera Garbancera a été recyclée en divers autres personnages, aucun n’étant particulièrement remarquable. Et personne ne savait vraiment qui fabriquait les affiches de calavera que l’on voyait dans la capitale tous les jours de la fête des Morts.

‘Revolutionary Calavera,’ by José Guadalupe Posada, printed on a broadside ». zoomable= <a href="https://www.gettyimages.com/detail/news-photo/revolutionary-calavera-c-1910-creator-josé-guadalupe-posada-news-photo/1447192444?adppopup=true" rel="nofollow noopener" target="_blank" data-ylk="slk:Heritage Art/Heritage Images via Getty Images;elm:context_link;itc:0;sec:content-canvas" class="link ">Heritage Art/Heritage Images via Getty Images</a>

Les choses changent au milieu des années 1920, lorsque l’œuvre de Posada attire l’attention de l’artiste français Jean Charlot, figure de proue de la Renaissance mexicaine, cette explosion créative de peintures murales et d’œuvres d’art nationalistes qui s’est produite au lendemain de la révolution mexicaine.

Charlot était fasciné par les illustrations de calavera qu’il voyait dans la ville de Mexico, mais il ne savait pas qui les avait créées. Il a fini par retrouver l’éditeur de Posada et a commencé à faire des recherches sur le graveur. Charlot publia des articles sur Posada et présenta les calaveras de l’artiste à d’autres artistes et intellectuels de la Renaissance mexicaine. Parmi les plus importants, citons le peintre Diego Rivera et la critique Frances Toor.

De La Garbancera à La Catrina

Rivera, bien sûr, est sans doute le plus grand artiste de l’histoire du Mexique. Ses fresques murales épiques restent célèbres dans le monde entier.

Frances Toor, quant à elle, était une modeste intellectuelle juive qui a fait carrière en écrivant sur la culture mexicaine. En 1925, elle a commencé à publier Mexican Folkways, un magazine bilingue populaire distribué au Mexique et aux États-Unis. Avec Diego Rivera comme éditeur artistique, elle a commencé à utiliser le magazine pour promouvoir Posada. Dans les numéros annuels d’octobre-novembre, Toor et Rivera ont présenté de grandes réimpressions des calaveras de Posada.

Cependant, la calavera Garbancera n’en fait jamais partie. Elle n’était pas assez importante pour être présentée.

En 1930, Toor et Rivera ont publié le premier livre des gravures de Posada, qui s’est vendu dans tout le Mexique et aux États-Unis. Mais elle porte un nouveau nom : la Calavera Catrina. Pour des raisons inconnues, Toor et Rivera ont choisi cet adjectif honorifique, qui en fait une sorte de dandy au féminin. La calavera est à jamais La Catrina.

mais c’est avec l’exposition Posada à l’Art Institute of Chicago en 1944 qu’elle devient vraiment célèbre. L’exposition est le fruit d’une collaboration entre le musée et le gouvernement mexicain. Elle est financée et facilitée par une agence spéciale de propagande de la Maison Blanche qui a utilisé la diplomatie culturelle pour renforcer la solidarité avec l’Amérique latine pendant la Seconde Guerre mondiale.

Cette promotion a permis à l’exposition Posada de tourner et de donner à La Catrina une plus grande visibilité. Elle a été vue et promue à New York, Philadelphie, Mexico et ailleurs au Mexique.

Le catalogue de l’exposition, avec la Catrina en couverture, a été vendu à chaque étape de la tournée. Des exemplaires gratuits ont également été distribués à d’éminents auteurs et artistes américains et mexicains. Ils ont commencé à écrire sur La Catrina et à la remodeler dans leurs œuvres d’art, la popularisant des deux côtés de la frontière.

La Catrina s’internationalise

En 1947, Diego Rivera a encore immortalisé La Catrina en la mettant au centre de l’une de ses plus célèbres peintures murales, Rêve d’un dimanche après-midi dans le parc d’Alameda.

Cette peinture murale dépeint l’histoire du Mexique, de la conquête espagnole à la révolution mexicaine. La Catrina se trouve au centre de cette histoire, Rivera l’ayant peinte tenant la main de Posada d’un côté et d’une version enfantine de lui-même de l’autre.

La célébrité de Rivera – et la solennité retrouvée de La Catrina – a incité les artistes mexicains et mexicano-américains à l’intégrer dans leurs œuvres.

Les artistes folkloriques du Mexique ont commencé à en faire des jouets en céramique, des figurines en papier mâché et d’autres objets d’artisanat vendus à l’occasion de la fête des morts. Les Américains d’origine mexicaine ont utilisé La Catrina dans leurs fresques murales, leurs peintures et leurs affiches politiques dans le cadre du Mouvement Chicano, qui visait à défendre les droits civiques des Américains d’origine mexicaine dans les années 1960 et 1970.

Chaque année, Christina Sanchez, originaire de Los Angeles, s’habille en ‘Catrina Christina’ pour le Jour des Morts ». Mars Sandoval, <a href="http://creativecommons.org/licenses/by-sa/4.0/" rel="nofollow noopener" target="_blank" data-ylk="slk:CC BY-SA;elm:context_link;itc:0;sec:content-canvas" class="link ">CC BY-SA</a>
Chaque année, Christina Sanchez, originaire de Los Angeles, s’habille en ‘Catrina Christina’ pour le Jour des Morts ». Mars Sandoval, CC BY-SA

L’image de La Catrina est désormais utilisée pour vendre n’importe quoi, de la bière aux poupées Barbie. Vous pouvez commander des costumes de La Catrina dans les magasins Walmart et Spirit Halloween.

En fait, les défilés et concours de costumes de La Catrina sont une tradition relativement récente du Jour des Morts au Mexique et aux États-Unis.

Certaines personnes, comme « Catrina Christina » à Los Angeles, revêtent un costume chaque année pour honorer les chers disparus du Día de los Muertos. D’autres se déguisent en Catrina pour augmenter leur nombre de followers sur les réseaux sociaux, ou se font passer pour elle pour gagner de l’argent.

Posada ne s’attendait probablement pas à ce que sa calavera devienne aussi célèbre. Il voulait simplement utiliser l’humour traditionnel pour se moquer des garbanceras vêtues de façon flamboyante qu’il voyait traîner sur la place centrale de Mexico.

Aujourd’hui, pendant le Día de los Muertos, cette même place centrale est remplie de centaines d’imitatrices de La Catrina qui, pour quelques dollars, posent pour des photos avec des touristes tout à fait prêts à payer pour une telle expérience culturelle « traditionnelle » avec une icône « authentique » du Jour des Morts.

Posada, quant à lui, est probablement en train de rire quelque part au pays des morts.

La version originale de cet article a &#233;t&#233; publi&#233;e sur La Conversation, un site d&#39;actualit&#233;s &#224; but non lucratif d&#233;di&#233; au partage d&#39;id&#233;es entre experts universitaires et grand public.

Lire la suite: