La bourse est fermée
  • CAC 40

    7 233,94
    +67,67 (+0,94 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 257,98
    +16,86 (+0,40 %)
     
  • Dow Jones

    33 930,99
    -122,95 (-0,36 %)
     
  • EUR/USD

    1,0814
    -0,0097 (-0,89 %)
     
  • Gold future

    1 863,70
    -52,60 (-2,74 %)
     
  • BTC-EUR

    21 666,89
    -491,35 (-2,22 %)
     
  • CMC Crypto 200

    536,47
    -0,39 (-0,07 %)
     
  • Pétrole WTI

    73,40
    -2,48 (-3,27 %)
     
  • DAX

    15 476,43
    -32,76 (-0,21 %)
     
  • FTSE 100

    7 901,80
    +81,64 (+1,04 %)
     
  • Nasdaq

    12 048,90
    -151,92 (-1,25 %)
     
  • S&P 500

    4 143,02
    -36,74 (-0,88 %)
     
  • Nikkei 225

    27 509,46
    +107,41 (+0,39 %)
     
  • HANG SENG

    21 660,47
    -297,89 (-1,36 %)
     
  • GBP/USD

    1,2055
    -0,0174 (-1,42 %)
     

Les catastrophes naturelles en France coûtent 10 milliards d'euros en 2022

AFP - Jean-François MONIER

L'année 2022 qualifiée «d'annus horribilis», le coût des catastrophes naturelles en France devrait s'élever à 10 milliards d'euros en 2022.

L'année 2022 a été qualifiée «d'annus horribilis» par la présidente de France Assureurs, ce jeudi matin. 10 milliard d'euros, c'est le coût des catastrophes naturelles en France en 2022, a-t-elle annoncé, un record depuis 1999, avec "l'intensification des phénomènes" climatiques extrêmes et une "augmentation de leur fréquence".

L'année 2022 "sur le front des événements climatiques c'est véritablement l'annus horribilis", a souligné Florence Lustman, présidente de France Assureurs interrogée sur Europe 1, citant les orages de grêle, les tempêtes, les inondations et "une année également exceptionnelle sur le front de la sécheresse". Dans le détail, les épisodes de grêle et les tempêtes entre mai et juillet ont couté 6,4 milliards d'euros, précise la fédération à l'AFP. A cela s'ajoute les effets de la sécheresse notamment sur les maisons individuelles pour une enveloppe proche des 2,5 milliards d'euros. En France, environ 54% des maisons individuelles sont situées en zone d'exposition moyenne ou forte au retrait-gonflement des sols argileux (RGA), un phénomène lié aux successions d'épisodes de sécheresse l'été et de ré-humidification des sols en automne ou en hiver qui peut engendrer d'importants dégâts. Quelque 3,3 millions de maisons, soit environ 16% du total, sont même situées en zone de risque fort.

Futur peu optimiste

Les sinistres constatés sur les récoltes, les inondations et les épisodes de feux de forêt lors de l'été, complètent le tableau. Ce montant pour 2022 marque une augmentation significative par rapport à la période 2017-2021. Ces phénomènes climatiques ont en effet coûté en moyenne 3,5 milliards d'euros par an sur la période. L'année 2022 est aussi la pire année depuis 1999, marquée par les tempêtes Lothar et Martin. La fédération professionnelle des assureurs n'est par ailleurs pas très optimiste pour les années à venir, notamment à cause des effets de plus en plus visibles du changement climatique. La facture cumulée devrait dépasser les 140 millia[...]

Lire la suite sur challenges.fr

VIDÉO - Sécheresse et inondations : les effets du changement climatique sur le monde d’ici 2050

Sinistres climatiques : les assureurs ont payé deux fois plus cher en 2022Assurance: les sinistres climatiques depuis janvier vont couter 5,2 milliards d'eurosPlus de 10% du vignoble bordelais dévasté par la grêle en juinGrêle sur les cultures : Encore trop peu d’agriculteurs assurés Face aux sécheresses et aux incendies, la forêt provençale redécouvre l'arbousier