Publicité
La bourse est fermée
  • Dow Jones

    38 790,16
    +12,06 (+0,03 %)
     
  • Nasdaq

    17 846,51
    -10,51 (-0,06 %)
     
  • Nikkei 225

    38 482,11
    +379,67 (+1,00 %)
     
  • EUR/USD

    1,0742
    +0,0007 (+0,06 %)
     
  • HANG SENG

    17 915,55
    -20,57 (-0,11 %)
     
  • Bitcoin EUR

    60 402,57
    -648,13 (-1,06 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 320,47
    -68,93 (-4,96 %)
     
  • S&P 500

    5 479,96
    +6,73 (+0,12 %)
     

Cas de botulisme à Bordeaux : quelle est cette maladie rare ?

©UGO AMEZ/SIPA

L'Agence régionale de santé de Nouvelle-Aquitaine a annoncé mercredi 13 septembre 2023 que douze personnes avaient contracté le botulisme en lien avec la fréquentation d'un restaurant à Bordeaux. L'une des douze personnes touchées est décédée mardi 12 septembre 2023. Le point sur le botulisme, sa gravité, ses causes et ses symptômes.

Une personne est décédée de botulisme alimentaire après avoir mangé au restaurant Tchin Tchin Wine Bar à Bordeaux, a annoncé mardi 12 septembre la Direction générale de la santé (DGS). Onze autres personnes, ayant fréquenté le même établissement, ont également contracté la maladie, rapporte ce mercredi 13 septembre 2023 l'Agence régionale de santé de Nouvelle-Aquitaine. Neuf d'entre elles sont hospitalisées à Bordeaux et en Ile-de-France.

Affection neurologique grave, le botulisme est une maladie rare en France. « L’incidence moyenne s’est stabilisée depuis 1980 autour de 20 – 30 foyers par an, impliquant le plus souvent chacun un à trois malades », souligne l’I nstitut Pasteur, dans une fiche maladie publiée en mai 2019. La maladie est cependant mortelle dans 5 à 10 % de cas. En 2019, une habitante de l’Essonne s’était retrouvée presque entièrement paralysée après avoir bu une soupe aux légumes périmée.

Quelle est la cause du botulisme ?

Le botulisme est provoqué par « une toxine très puissante produite par la bactérie Clostridium botulinum », indique l’Institut Pasteur. C’est cette toxine qui est responsable de la maladie. Il n’existe « aucune contagion interhumaine », ajoute la fondation. En France, la plupart des cas de botulisme résultent d’intoxications alimentaires après l’ingestion de la toxine. Deux autres formes de botulisme existent néanmoins : le botulisme infantile et le botulisme par...

PUBLICITÉ

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi