La bourse est fermée

Carrière : les heures sup' ne favorisent pas les promotions

D'après une étude récente, l'intensification du travail lié aux nouvelles technologies est nuisible pour la santé et la carrière.

Les effets délétères pour la santé du zèle au travail sont connus de longue date. Par exemple, dépasser régulièrement 11 heures de travail par jour augmente de 67 % les risques de maladie cardiaque, selon une ancienne étude de l’Institut finlandais de la santé au travail rapportée par Le Monde. Une nouvelle étude pointe du doigt l'influence négative du surmenage sur les perspectives de promotion.

>>> A lire aussi : Pourquoi bosser comme un malade ne paye pas toujours

Dans cette étude rapportée par Le Monde, des économistes londoniens Argyro Avgoustaki et Hans Frankort se sont particulièrement intéressés à l’intensification du travail, c'est-à-dire le fait de devoir effectuer plus de tâches en même temps, notamment en consultant leurs e-mails et téléphones portables. Après avoir étudié le parcours professionnel de plusieurs milliers de salariés européens, les économistes ont découvert que les salariés les plus soumis à une intensification des tâches occupaient des postes ou ils avaient moins de chances d'être promus à terme. Dans une société ou l'hyper-connectivité des (...) Cliquez ici pour voir la suite

Lille, Brest, Aix... ces collectivités où les fonctionnaires ne sont même pas aux 35 heures
Défiscalisation des heures sup': le gouvernement "ne s'interdit aucune piste"
Réformer les 35 heures ? Pas si simple...
Le rapport qui veut en finir avec les 35 heures
Exonération des heures sup' : une mesure chère et inefficace