La bourse ferme dans 6 h 48 min
  • CAC 40

    4 889,95
    -19,69 (-0,40 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 154,33
    -44,53 (-1,39 %)
     
  • Dow Jones

    28 335,57
    -28,13 (-0,10 %)
     
  • EUR/USD

    1,1811
    -0,0057 (-0,48 %)
     
  • Gold future

    1 902,00
    -3,20 (-0,17 %)
     
  • BTC-EUR

    11 073,60
    +36,14 (+0,33 %)
     
  • CMC Crypto 200

    262,70
    +1,24 (+0,48 %)
     
  • Pétrole WTI

    38,83
    -1,02 (-2,56 %)
     
  • DAX

    12 391,58
    -254,17 (-2,01 %)
     
  • FTSE 100

    5 858,83
    -1,45 (-0,02 %)
     
  • Nasdaq

    11 548,28
    +42,28 (+0,37 %)
     
  • S&P 500

    3 465,39
    +11,90 (+0,34 %)
     
  • Nikkei 225

    23 494,34
    -22,25 (-0,09 %)
     
  • HANG SENG

    24 918,78
    +132,68 (+0,54 %)
     
  • GBP/USD

    1,3040
    +0,0001 (+0,01 %)
     

Carrière: l'échec comme fondement de la réussite

echec - succès
echec - succès

L'échec est la mère du succès, dit un proverbe chinois. Winston Churchill, lui, préférait affirmer que le succès, c'est d'aller d'échec en échec sans perdre son enthousiasme. De l'enthousiasme, il en aura fallu à certaines célébrités pour faire leur chemin vers la gloire. On serait même tenté de croire que le fait de se retrouver un genou à terre ne fait que décupler la motivation d'avancer, de prouver ce qu'on vaut vraiment. En voici quelques exemples.

Ces génies dont l'école n'a pas voulu

Au milieu du 19è siècle, un enfant de 7 ans fut renvoyé de son école dans le Michigan, car son professeur le considérait comme "trop stupide pour apprendre quoi que ce soit". Mais finalement, le plus stupide des deux n'était sans doute pas celui qu'on croit. Car cet élève ayant des difficultés pour apprendre allait finalement inventer le microphone, le phonographe et... l'ampoule électrique, pour ne citer que quelques-uns des 1.093 brevets déposés au cours de sa vie par Thomas Edison. Sans oublier que ce touche-à-tout génial est aussi à l'origine d'un empire industriel qui emploie aujourd'hui plus de 300.000 salariés pour un chiffre d'affaires approchant les 150 milliards de dollars... General Electric !Bien d'autres savants ont pu être considérés comme des ratés avant de réussir brillamment. Albert Einstein, qui ne sut parler correctement que vers l'âge de neuf ans, était considéré comme lent par ses professeurs et se fit éjecter lui aussi, pour des problèmes de discipline, avant de devenir le génie reconnu que l'on sait. Autres savant d'importance historique, Isaac Newton ou Charles Darwin ne furent pas, eux non plus, des élèves particulièrement remarqués.

Un entrepreneur à succès ne l'est pas toujours du premier coup

Mais c'est sans doute dans le monde de l'entreprise que le succès est souvent précédé d'une série plus ou moins longue d'échecs. La première société lancée par Bill Gates, dénommée Traf-O-Data, fut un bide . Mais avec l'éditeur de logiciels Microsoft, la route du succès l'emmena jusqu'à la place de première fortune mondiale. D'autres ont mis plus de temps à réussir. D'abord ingénieur dans la société de Thomas Edison, Henry Ford, qui a déjà mis au point son premier véhicule automobile, est encouragé par son patron à lancer sa propre entreprise, ce qu'il fait en 1899... sans grand succès. En 1901, il récidive et lance la Henry Ford Company mais il est en désaccord avec ses actionnaires et finit par quitter la société qui deviendra... Cadillac. Les échecs s'accumulent jusqu'en 1908 et la fameuse Ford T, un véhicule simple à conduire, peu cher. Il invente alors le modèle de production standardisé que l'on connaît encore sous le nom de fordisme.

Au Japon, après la guerre, lorsque Masaru Ibuka et Akio Morita se retrouvent dans le Tokyo de l'après-guerre, en proie aux difficultés économiques, ils mettent au point un rice-cooker électrique, sans doute précurseur de ce que va devenir la société de consommation de masse. Mais ce produit pour ménagère moderne reste primitif et le riz est plus souvent trop (ou pas assez) cuit. Mais tous leurs produits ne connaîtront pas le même sort piteux. Le Walkman, par exemple, fera le tour de la planète. Oui, c'est bien des deux fondateurs de Sony dont nous parlons.

Perdre son job, ça motive !

Quant à Jean-Claude Decaux, le roi de la publicité extérieure avait eu comme première idée d'implanter des affiches publicitaires sur les autoroutes jusqu'à ce qu'un ministre des finances, un certain Valéry Giscard d'Estaing, en décide tout bonnement l'interdiction. D'où la faillite de la société ! C'est alors que l'entrepreneur a l'idée géniale d'offrir un équipement utile aux municipalités en échange de la concession d'un espace publicitaire situé sur l'objet. C'est l'invention de l'abribus... pardon, de l'Abribus, car il s'agit d'une marque dûment déposée, qui a fait la fortune de son inventeur.Se faire priver de son gagne-pain est une motivation forte pour en trouver un autre. Si le dessinateur Walt Disney n'avait pas été viré du journal Kansas City Star pour son manque d'imagination en 1919, aurait-il inventé Mickey ?C'est en forgeant qu'on devient forgeron et c'est souvent en se ratant qu'on finit par réussir. Ce qui est vrai dans l'entreprise l'est aussi en sport ou en musique. Lors de sa première performance, Elvis Presley se vit conseiller par son manager de "retourner conduire un camion". Et un jour, un basketteur s'est "vanté" d'avoir manqué 9.000 tirs dans sa carrière. Il s'appelle Michael Jordan.

Emmanuel Schafroth


Lire aussi

Ces stars qui aiment les startups

Reprise économique : comment savoir si c'est pour de bon ?

Monter son entreprise en France... facile ou pas ?