La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 287,07
    +52,93 (+0,85 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 032,99
    +39,56 (+0,99 %)
     
  • Dow Jones

    34 200,67
    +164,68 (+0,48 %)
     
  • EUR/USD

    1,1980
    +0,0004 (+0,04 %)
     
  • Gold future

    1 777,30
    +10,50 (+0,59 %)
     
  • BTC-EUR

    51 229,77
    -893,94 (-1,72 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 398,97
    +7,26 (+0,52 %)
     
  • Pétrole WTI

    63,07
    -0,39 (-0,61 %)
     
  • DAX

    15 459,75
    +204,42 (+1,34 %)
     
  • FTSE 100

    7 019,53
    +36,03 (+0,52 %)
     
  • Nasdaq

    14 052,34
    +13,58 (+0,10 %)
     
  • S&P 500

    4 185,47
    +15,05 (+0,36 %)
     
  • Nikkei 225

    29 683,37
    +40,68 (+0,14 %)
     
  • HANG SENG

    28 969,71
    +176,57 (+0,61 %)
     
  • GBP/USD

    1,3840
    +0,0056 (+0,41 %)
     

Carrefour condamné à 1,75 million d'euros d'amende après une enquête de la DGCCRF

·1 min de lecture

Le groupe Carrefour a été condamné à plus d'1,7 million d'euros d'amende par le tribunal de commerce de Paris pour des pratiques restrictives de concurrence avec ses fournisseurs.

Carrefour a été condamné par le tribunal de commerce de Paris à une amende de 1,75 million d’euros pour « pratiques restrictives de concurrence », à la suite d’une enquête de la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF).

"Le tribunal de commerce de Paris a jugé que l’exigence par le groupe Carrefour du versement par ses fournisseurs d’une 'remise complémentaire de distribution' et les mesures contraignantes mises en place par le groupe pour que ses fournisseurs l’acceptent, constituaient des pratiques restrictives de concurrence", écrit la DGCCRF.

Lire aussi

Carrefour devra payer l'amende

Le tribunal a prononcé l'exécution provisoire du jugement, si bien que Carrefour devra s'acquitter du paiement de l'amende même si elle interjette appel, précise-t-elle. Un porte-parole de Carrefour a déclaré vendredi que le groupe prenait acte de la décision du tribunal de commerce de Paris et qu'il ne ferait pas appel. Carrefour ajoute avoir immédiatement cessé les pratiques reprochées dès février 2016.

"Il s'agit d'une affaire datant de plus de 5 ans. Le principe de la remise n'est pas rejeté par le tribunal qui a jugé en revanche la remise insuffisamment justifiée dans son application", écrit le distributeur français.

Retrouvez cet article sur challenges.fr