Carrefour : en Chine, la longue marche vers la croissance reprend

COURS LIÉS

SymboleCoursVariation

Carrefour (EUREX: C1AR.EX - actualité) a repris la main en Chine, après une période de flottement durant laquelle les ventes, à périmètre constant, se sont érodées à mesure que la croissance locale faiblissait. C'est le président du distributeur, Georges Plassat, qui l'affirme au 'Figaro', de retour d'un périple dans le pays. Depuis deux mois, le chiffre d'affaires à magasins constants ne baisse plus, précise le dirigeant, qui attend le véritable retour de la croissance l'année prochaine. Les investissements vont donc se poursuivre, comme les ouvertures : 21 hypers cette année, puis 24 l'année prochaine sont sur les tablettes.

Les recettes de la relance de Carrefour en Chine semblent relativement simples, selon les indications fournies par son dirigeant. D'abord, de nouveaux systèmes de promotions via des bons d'achat ou des formules "un produit acheté, un produit offert", qui permettent de contourner certaines restrictions mises en place par les autorités. Ensuite, explique le 'Figaro', l'enseigne fait venir les clients jusque dans les magasins avec des services de minibus, car le consommateur chinois reste très différent de son homologue occidental : la fréquentation est assurée à 40% par des clients venus à pied ou à vélo, et à 7% seulement par des automobilistes. Cela fait dire à Georges Plassat que ces hypers sont de gros magasins de proximité, qu'il convient de multiplier.

Le président souhaite également renforcer les liens noués avec ses 11 partenaires régionaux, qui sont tous au capital des différentes entités constituant la branche hypermarchés du groupe en Chine. Nous voulons consolider ces partenariats, nous sommes en Chine pour le long terme, explique l'intéressé, qui réfléchit aussi avec ses équipes à un développement dans d'autres formats, notamment des supérettes et des supermarchés.

Hier, le quotidien 'Les Echos' révélait que le distributeur français était en cours de négociation pour une alliance avec son homologue local China Resources (ou "Huarun"), une émanation du ministère chinois du commerce, pour doper son activité dans le pays. Une information démentie immédiatement par Carrefour. La visite chinoise de Georges Plassat avait contribué à alimenter la rumeur. L'intervention du dirigeant dans 'Le Figaro' du jour est en quelque sorte une contre-attaque du groupe, qui cherche à montrer qu'il a repris la main sur le développement chinois, qui demeure donc une priorité à l'international, au même titre que le Brésil.