Marchés français ouverture 2 h 34 min
  • Dow Jones

    30 937,04
    -22,96 (-0,07 %)
     
  • Nasdaq

    13 626,06
    -9,93 (-0,07 %)
     
  • Nikkei 225

    28 622,30
    +76,12 (+0,27 %)
     
  • EUR/USD

    1,2161
    -0,0007 (-0,06 %)
     
  • HANG SENG

    29 465,01
    +73,75 (+0,25 %)
     
  • BTC-EUR

    26 069,04
    -268,04 (-1,02 %)
     
  • CMC Crypto 200

    638,01
    -1,13 (-0,18 %)
     
  • S&P 500

    3 849,62
    -5,74 (-0,15 %)
     

Carrefour, Auchan, Leclerc… Cette technique discrète pour vous donner envie d'acheter

·1 min de lecture

Vous voyez des tire-bouchons au rayon vin, des bombes de chantilly près des fraises ou plus récemment du pain de mie à côté du foie gras : cette pratique commerciale s’appelle du « cross-merchandising » ou, en bon français, de la multi-implantation produit. Elle consiste à placer un produit hors de son rayon habituel mais dont l'usage est complémentaire avec ceux qui y sont présents. Le « cross-merchandising » vise à accroitre les ventes de la grande distribution mais peut aussi rendre service aux consommateurs en anticipant sur ses besoins.

Lorsque vous faites vos courses, il est facile de se perdre dans les rayons pour trouver tout ce dont vous avez besoin. En plaçant des produits hors de leurs zones habituelles et près d’un produit complémentaire, vous pouvez gagner du temps. « Le cross-merchandising n’est pas une invitation à la surconsommation. Cette pratique surfe entre le service et la stimulation d'achat. Elle permet de mettre à l’esprit du client un produits complémentaire à celui qu'il s'apprêtait d'acheter », explique à MoneyVox Olivier Dauvers, spécialiste marketing de la grande distribution. Les rince-doigts près des crustacés ou les bouillons cube près des pâtes. On n’y pense pas naturellement et pourtant l’association de ces produits peut-être utile au consommateur.

Lire la suite sur MoneyVox

Voir également
- La Banque Postale : ce que ses clients lui reprochent
- Exclusif. BNP Paribas : les nouveaux horaires décriés des agences appliqués dès le 11 janvier
- Caisse d'épargne : « la plaisanterie » à 20 millions d'euros d'un salarié se termine mal