La bourse ferme dans 4 h 26 min
  • CAC 40

    6 623,53
    +70,80 (+1,08 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 129,44
    +31,93 (+0,78 %)
     
  • Dow Jones

    33 919,84
    -50,63 (-0,15 %)
     
  • EUR/USD

    1,1737
    +0,0007 (+0,06 %)
     
  • Gold future

    1 775,30
    -2,90 (-0,16 %)
     
  • BTC-EUR

    35 974,86
    -1 302,09 (-3,49 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 052,90
    -10,95 (-1,03 %)
     
  • Pétrole WTI

    71,68
    +1,19 (+1,69 %)
     
  • DAX

    15 433,35
    +84,82 (+0,55 %)
     
  • FTSE 100

    7 059,74
    +78,76 (+1,13 %)
     
  • Nasdaq

    14 746,40
    +32,49 (+0,22 %)
     
  • S&P 500

    4 354,19
    -3,54 (-0,08 %)
     
  • Nikkei 225

    29 639,40
    -200,31 (-0,67 %)
     
  • HANG SENG

    24 221,54
    +122,40 (+0,51 %)
     
  • GBP/USD

    1,3640
    -0,0024 (-0,18 %)
     

Caroline Ida : commencer une nouvelle vie après 50 ans - INTERVIEW

·1 min de lecture

Caroline Ida a 44.000 abonnés sur Instagram, une chaîne YouTube dont les vidéos comptabilisent plus de 100.000 vues, et un leitmotiv : "Je suis une femme libre, fière de l'être". À 45 ans, après toute une vie passée à travailler dans l'entreprise familiale spécialisée en matériel sportif, cette entrepreneuse a souhaité changer de décor. Mais Caroline Ida ne s'est pas lancée tout de suite sur les réseaux sociaux. Durant 7 ans, elle a donné toute son énergie à un créateur de sac à main, jusqu'à la prise de conscience : Caroline s'est subitement sentie "invisible" derrière son bureau. Mais le vrai électrochoc, celui qui l'a incitée à tout remettre en question, est arrivé peu après. Un problème de santé a tout changé : "Une nuit, j'ai eu comme un coup de poignard dans la poitrine, je suis tombée...", explique-t-elle dans une interview vidéo accordée à Femme Actuelle. Dès lors, impossible d'aller "contre cette alerte".

Caroline Ida s'est donc inscrite sur Instagram à 57 ans et a créé un blog dans la foulée, avec l'aide de sa fille : "Je me suis aperçue que les femmes de plus de 50 ans étaient totalement invisibles. Donc je me suis dit : 'Il faut que je fasse quelque chose pour ça". Pari réussi pour cette mère de deux enfants, qui entend bien combattre l'âgisme qui gangrène la société et évoque désormais sur ses réseaux les nombreuses injonctions que les quinquas et sexagénaires subissent au quotidien, sur leur façon de s'habiller ou encore de se coiffer. Passé 50 ans, certains s'attendent (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles