La bourse est fermée
  • CAC 40

    5 782,65
    -48,00 (-0,82 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 669,54
    -35,31 (-0,95 %)
     
  • Dow Jones

    31 083,67
    +159,53 (+0,52 %)
     
  • EUR/USD

    1,1920
    -0,0059 (-0,49 %)
     
  • Gold future

    1 698,60
    -2,10 (-0,12 %)
     
  • BTC-EUR

    40 150,74
    -1 850,41 (-4,41 %)
     
  • CMC Crypto 200

    956,83
    +13,65 (+1,45 %)
     
  • Pétrole WTI

    66,05
    +2,22 (+3,48 %)
     
  • DAX

    13 920,69
    -135,65 (-0,97 %)
     
  • FTSE 100

    6 630,52
    -20,36 (-0,31 %)
     
  • Nasdaq

    12 664,14
    -59,33 (-0,47 %)
     
  • S&P 500

    3 780,57
    +12,10 (+0,32 %)
     
  • Nikkei 225

    28 864,32
    -65,79 (-0,23 %)
     
  • HANG SENG

    29 098,29
    -138,50 (-0,47 %)
     
  • GBP/USD

    1,3817
    -0,0077 (-0,55 %)
     

Carole Delga roule pour Hidalgo

·2 min de lecture

La présidente (PS) du conseil régional d'Occitanie souhaite rassembler derrière la maire de Paris en vue de la présidentielle. 

Elle a, il y a treize mois, créé L’Occitanie en commun, une version régionale de la plateforme lancée par Anne Hidalgo, Idées en commun, qui reprend le slogan victorieux des municipales 2020. Carole Delga, la présidente (PS) de la région, avait téléphoné à la maire de Paris pour obtenir son feu vert. « Je pose les bases du rassemblement », précise l’ancienne secrétaire d’Etat de François Hollande, favorite pour sa réélection.

Avec plusieurs maires PS – Mathieu Klein (Nancy), Johanna Rolland (Nantes), Nathalie Appéré (Rennes), Olivier Bianchi (Clermont-Ferrand) –, Carole Delga a créé « une boucle WhatsApp des quadras ». Tous ont aussi une liaison directe avec Anne Hidalgo. « Arnaud Montebourg a beaucoup d’intuition et d’allant. C’est quelqu’un de très intéressant dans une équipe, mais je pense qu’Anne a davantage la capacité d’exercer le pouvoir », analyse Carole Delga, pourtant proche de l’ex-ministre.

"

Très vite, avec Emmanuel Macron, on a eu des divergences politiques, notamment sur le travail le dimanche

"

Si elle estime Jean Castex – « un Premier ministre hors normes sous la Ve République, un homme qui n’a aucune ambition personnelle et a été élevé pour devenir serviteur de l’Etat » –, elle n’a jamais apprécié Macron, qui fut son éphémère ministre de tutelle lorsqu’elle était secrétaire d’Etat chargé du Commerce et de l’Artisanat. « Très vite, on a eu des divergences politiques, se souvient-elle, notamment sur le travail le dimanche. »

Elle plaide pour que le pouvoir central s’appuie davantage sur les collectivités locales et regrette la culture de « la centralisation » du chef de l’Etat. Une conviction renforcée par la gestion « parisienne » de la crise sanitaire. Comme les autres patrons de région, elle ne cesse(...)


Lire la suite sur Paris Match