La bourse est fermée
  • Dow Jones

    34 306,63
    -87,12 (-0,25 %)
     
  • Nasdaq

    14 072,69
    -101,45 (-0,72 %)
     
  • Nikkei 225

    29 441,30
    +279,50 (+0,96 %)
     
  • EUR/USD

    1,2129
    +0,0006 (+0,05 %)
     
  • HANG SENG

    28 638,53
    -203,60 (-0,71 %)
     
  • BTC-EUR

    33 484,74
    +635,02 (+1,93 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 009,62
    -0,99 (-0,10 %)
     
  • S&P 500

    4 248,54
    -6,61 (-0,16 %)
     

Carole Delga, région Occitanie: "Une santé de qualité et de proximité passe par une décentralisation de certaines compétences"

·2 min de lecture

Organisé par Challenges, le Sommet "Sauver le bien commun" aura lieu sous forme digitale les 27 et 28 mai. En avant-première, Carole Delga, présidente de la région Occitanie, nous livre sa conception du Bien commun.

Challenges - La santé est le premier bien commun mis en lumière par la crise Covid. Comment la préserver en Occitanie?

Carole Delga - En matière de santé, c’est la leçon à tirer de cette crise sanitaire : il est fondamental de prévenir et anticiper. Ce sont les piliers du travail que nous menons dans la région. Garantir une meilleure alimentation bio et locale pour tous, garantir aussi un professionnel de santé à moins d’un quart d’heure de chaque habitant. Pour rendre concrète cette ambition, contre la désertification médicale nous avons ouvert 75 maisons de santé en cinq ans et je propose de salarier 200 médecins et d’augmenter de 20% par an le nombre d’élèves infirmiers. Une santé de qualité et de proximité passe par une décentralisation de certaines compétences: je propose que la Région prenne la main sur la rénovation des centres hospitaliers de proximité. Nous sommes le bon échelon pour agir: la preuve avec la distribution à ce jour de 22 millions de masques et la création d’une filière 100% Occitanie de fabrication de masques, une campagne de dépistage et de vaccination itinérante pour toucher les zones les plus isolées avec le transport gratuit à la demande pour les personnes sans solution de mobilité. Anticiper c’est aussi financer la recherche, notamment en aidant des filières émergentes à se structurer, comme nous le faisons avec les biothérapies.

Jean Tirole plaide pour un Etat régulateur pour assurer l’intérêt général. Quel rôle peut jouer l’échelon régional?

Il doit être dans l’écoute et dans l’action, pour trouver des solutions, accélérer les projets. Le but est d’inciter les entreprises à chercher dans le bien commun la satisfaction de leur propre intérêt dans un "gagnant/gagnant" empreint de responsabilité sociétale, sociale et environnementale. Une sorte de plus-value territoriale. Nous avons déjà des aides régionales aux entreprises conditionnées sur ces points. On peut aller plus loin avec des "contrats durables et de progrès", pour accompagner [...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi