Publicité
La bourse est fermée
  • CAC 40

    8 022,41
    -0,85 (-0,01 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 918,09
    -18,48 (-0,37 %)
     
  • Dow Jones

    37 986,40
    +211,02 (+0,56 %)
     
  • EUR/USD

    1,0661
    +0,0015 (+0,14 %)
     
  • Gold future

    2 406,70
    +8,70 (+0,36 %)
     
  • Bitcoin EUR

    60 900,30
    +886,20 (+1,48 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 395,51
    +82,89 (+6,31 %)
     
  • Pétrole WTI

    83,24
    +0,51 (+0,62 %)
     
  • DAX

    17 737,36
    -100,04 (-0,56 %)
     
  • FTSE 100

    7 895,85
    +18,80 (+0,24 %)
     
  • Nasdaq

    15 282,01
    -319,49 (-2,05 %)
     
  • S&P 500

    4 967,23
    -43,89 (-0,88 %)
     
  • Nikkei 225

    37 068,35
    -1 011,35 (-2,66 %)
     
  • HANG SENG

    16 224,14
    -161,73 (-0,99 %)
     
  • GBP/USD

    1,2373
    -0,0065 (-0,52 %)
     

Carlos Martens Bilongo, député LFI, visé par une enquête pour blanchiment de fraude fiscale

Le député LFI Carlos Martens Bilongo visé par une enquête pour blanchiment de fraude fiscale
Le député LFI Carlos Martens Bilongo visé par une enquête pour blanchiment de fraude fiscale

POLITIQUE - Des soupçons qui portent sur un montant de 200 000 euros. Une enquête a été ouverte à l’encontre du député de la France insoumise Carlos Martens Bilongo pour blanchiment de fraude fiscale et abus de biens sociaux, a annoncé le parquet de Pontoise ce jeudi 11 mai, confirmant une information de BFMTV.

Selon la chaîne d’information, l’insoumis de 32 ans est soupçonné d’avoir dissimulé un peu moins de 200 000 euros aux autorités sur une période allant de 2018 à 2022. La procédure judiciaire, ouverte mi-avril, fait suite à un signalement de Tracfin, la cellule de renseignement financier de Bercy.

Le parquet de Pontoise n’a pas souhaité communiquer davantage de détails sur l’enquête, également ouverte du chef de manquement de déclaration à la Haute autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP).

« Je n’ai jamais ouvert de compte bancaire à l’étranger »

Le député du Val d’Oise a réagi ce jeudi soir dans un communiqué. « Je n’ai jamais ouvert de compte bancaire à l’étranger à titre personnel, ni pour mes sociétés », se défend-il. « La seule chose qui pourrait avoir un lien avec l’Europe de l’Est est l’utilisation de l’application Revolut (une banque en ligne) pour les paiements en ligne », explique-t-il, arguant que « le solde de ce compte est de 106 euros ».

Promettant d’être « parfaitement transparent », l’élu Insoumis dit avoir demandé à ses avocats et son expert-comptable, « de collecter l’ensemble des liasses fiscales et relevés de comptes professionnels et personnels des dernières années pour s’assurer qu’aucune erreur déclarative n’ait pu être soumise. »

PUBLICITÉ

Enseignant impliqué dans le monde associatif, Carlos Martens Bilongo a été élu en juin 2022 sous l’étiquette de la Nupes, mettant fin aux 14 années de mandat du baron local François Pupponi, figure socialiste du Val-d’Oise qui avait rejoint le parti présidentiel.

Un livre paru ce jeudi

Le député noir s’est retrouvé en une de l’actualité en novembre dernier lorsque le député RN de Gironde Grégoire de Fournas coupe une de ses interventions en lançant « Qu’il retourne en Afrique ! », provoquant un incident d’une rare ampleur au Palais Bourbon.

Grégoire De Fournas écope d’une sanction rarissime : une exclusion de l’Assemblée pour 15 jours de séance et la privation de la moitié de son indemnité parlementaire pendant deux mois.

Carlos Martens Bilongo s’est fait aussi connaître pour ses prises de position aux côtés d’associations de défense de l’environnement qui dénoncent le projet de gare du futur métro du Grand Paris sur le Triangle de Gonesse.

L’annonce de l’ouverture de l’enquête survient le jour de la publication de son premier livre, Noir Français aux éditions Philippe Rey, témoignage sur « son histoire faite de luttes, de stratégies de survie, d’intelligence du terrain ».

À voir également sur Le HuffPost :

Nicolas Sarkozy bientôt jugé dans l’affaire des soupçons de financement libyen ?

Élisabeth Borne demande le retrait d’une biographie écrite par Bérengère Bonte