Marchés français ouverture 7 h 55 min

"Il était facile de fuir" pour Carlos Ghosn selon le parquet de Tokyo

Quelques jours après la fuite de Caros Ghosn vers le Liban, les autorités japonaises sortent officiellement de leur silence. Elles pointent du doigt l'attitude de l'ancien PDG de Renault et Nissan et défendent la justice nippone. "Le système judiciaire pénal de notre pays dispose de procédures appropriées pour établir la vérité dans des affaires et il est administré correctement, tout en garantissant les droits humains fondamentaux. La fuite d'un accusé sous caution est injustifiable", a déclaré dans un communiqué la ministre japonaise de la Justice, Masako Mori.

Les autorités japonaises n'ont aucune trace d'une sortie du territoire de Carlos Ghosn et il est donc soupçonné d'avoir utilisé "des moyens illégaux" pour quitter le pays, a-t-elle rappelé. "Il est extrêmement regrettable que nous soyons arrivés à cette situation" a encore déploré la ministre. Elle a par ailleurs confirmé l'annulation de la caution de Carlos Ghosn et l'émission d'une "notice rouge" d'Interpol pour demander son arrestation.

>> Lire aussi - Une faille de sécurité de Nissan exploitée par Carlos Ghosn pour sa fuite ?

"Complot" de Nissan

"Je ne suis plus l'otage d'un système judiciaire japonais partial où prévaut la présomption de culpabilité, où la discrimination est généralisée et où les droits de l'Homme sont bafoués", avait lancé mardi Carlos Ghosn depuis le Liban. Le magnat automobile déchu, ses proches et sa défense clament depuis le début son innocence sur toute la ligne et soutiennent qu'il a été victime d'un "complot" ourdi par Nissan pour le faire tomber, avec la complicité des autorités du pays.

Lui et son entourage dénonçait aussi les strictes conditions de sa liberté sous caution depuis fin avril 2019, après 130 jours passés en prison. Il avait notamment l'interdiction de parler à sa femme Carole, une "punition" qui visait uniquement à le démoraliser, selon sa défense. Des organisations de défense des droits humains comme Amnesty International critiquent également depuis des années le système

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Ce drôle de rapport qui plaide en faveur de la rénovation de logements... contre la construction
Les grands patrons au Royaume-Uni ont déjà gagné ce que toucheront les salariés en 2020
Réforme des retraites : cette concession proposée par Richard Ferrand qui pourrait séduire les syndicats
Hôtels de luxe : le géant de l’immobilier Covivio signe une acquisition colossale
Jusqu'où l'évaluation au bureau peut-elle aller ?