Marchés français ouverture 7 h 35 min
  • Dow Jones

    33 945,58
    +68,61 (+0,20 %)
     
  • Nasdaq

    14 253,27
    +111,79 (+0,79 %)
     
  • Nikkei 225

    28 884,13
    +873,20 (+3,12 %)
     
  • EUR/USD

    1,1947
    +0,0004 (+0,04 %)
     
  • HANG SENG

    28 309,76
    -179,24 (-0,63 %)
     
  • BTC-EUR

    27 147,70
    +257,60 (+0,96 %)
     
  • CMC Crypto 200

    767,68
    -26,65 (-3,36 %)
     
  • S&P 500

    4 246,44
    +21,65 (+0,51 %)
     

Carlos Ghosn enfin entendu par des juges français à Beyrouth

·2 min de lecture

L'ancien patron de Renault-Nissan Carlos Ghosn est entendu ce lundi pour la première fois par une délégation de magistrats français, spécialement venus à Beyrouth l'interroger dans les enquêtes qui le visent à Nanterre et Paris, notamment pour abus de biens sociaux.

Selon une source citée par L'Orient-Le Jour, Carlos Ghosn est arrivé au tribunal accompagné de ses avocats, aux alentours de 09H00 (07H00 GMT).

L'équipe de défense de l'ancien patron automobile a fait savoir dans un communiqué qu'elle avait identifié des "irrégularités de procédure graves" qui compromettent cette procédure organisée par les autorités judiciaires libanaises.

"Ces anomalies, qui fragilisent le processus judiciaire, proviennent des méthodes singulières de l'enquête japonaise qui demeure la source principale des dossiers français", écrit-elle.

Carlos Ghosn est entendu en tant que témoin et ne peut donc pas contester la légalité de la procédure, ajoutent ses avocats dans ce communiqué.

Ces derniers souhaitent que Carlos Ghosn se voie accorder le statut de "mis en examen", seul moyen pour lui de "dénoncer les vices juridiques affectant le dossier et de faire réaliser des auditions", expliquent-ils.

C'est la première fois que les juges d'instruction français entendent l'ancien PDG de Renault. Au menu des questions de cette audition prévue sur cinq jours: deux fêtes au château de Versailles, des flux financiers avec un distributeur commercial à Oman, ainsi que des prestations de conseil quand Carlos Ghosn était PDG de Renault-Nissan.

"La défense a d'ores et déjà identifié dans les dossiers français des irrégularités de procédure qu'elle estime graves", dénoncent dans un communiqué les trois avocats de M. Ghosn, Mes Carlos Abou-Jaoude, Jean-Yves Le Borgne et Jean Tamalet. "Ces anomalies, qui fragilisent le processus judiciaire, proviennent des méthodes singulières de l'enquête japonaise qui demeure la source principale des dossiers français".

L'ancien magnat de l'automobile, âgé de 67 ans, "entendu comme témoin, n'a pour lors aucune possibilité de contester la légalité de la procédure", constatent-ils.

"Seul le statut de mis en examen", que les trois avocats "appellent de leurs voeux, lui permettra de dénoncer les vices juridiques affectant le dossier et de[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles