La bourse ferme dans 5 h 9 min
  • CAC 40

    5 474,19
    -49,33 (-0,89 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 552,00
    -40,83 (-1,14 %)
     
  • Dow Jones

    30 937,04
    -22,96 (-0,07 %)
     
  • EUR/USD

    1,2127
    -0,0041 (-0,34 %)
     
  • Gold future

    1 842,00
    -8,90 (-0,48 %)
     
  • BTC-EUR

    26 051,57
    -713,93 (-2,67 %)
     
  • CMC Crypto 200

    635,69
    -4,23 (-0,66 %)
     
  • Pétrole WTI

    52,84
    +0,23 (+0,44 %)
     
  • DAX

    13 725,08
    -145,91 (-1,05 %)
     
  • FTSE 100

    6 605,34
    -48,67 (-0,73 %)
     
  • Nasdaq

    13 626,06
    0,00 (0,00 %)
     
  • S&P 500

    3 849,62
    -5,74 (-0,15 %)
     
  • Nikkei 225

    28 635,21
    +89,03 (+0,31 %)
     
  • HANG SENG

    29 297,53
    -93,73 (-0,32 %)
     
  • GBP/USD

    1,3734
    +0,0002 (+0,01 %)
     

Quand Carla Bruni raconte avoir demandé la nationalité française "par politesse"

·1 min de lecture

Comment Carla Bruni a-t-elle vécu les quatre années qu'elle a passées à l'Élysée, entre 2008 et 2012 ? L'ex-Première dame s'est longuement confiée, sur la période présidentielle de son époux, Nicolas Sarkozy, au micro Europe 1 d'Isabelle Morizet, dimanche.

"Aucune envie d'être audacieuse" à l'Élysée

Et tout est d'abord parti d'une forme de retenue vis-à-vis de la fonction de Première dame : "L'Élysée est un endroit qui appartient aux Français. J'aime bien que les places soient très précises et j'aime bien rester à ma place. Pour moi, rester à ma place à l'Élysée, c'était accompagner mon homme et surtout ne pas me prendre pour quelqu'un qui serait là pour quelque chose", explique-t-elle sur le rôle qu'elle a eu pendant que son mari était président de la République.

>> Retrouvez toutes les émissions d'Isabelle Morizet en podcast et en replay ici

"Je ne faisais donc que ce qu'on me demandait et je n'exerçais aucune action en dehors de celle d'accompagner mon mari et de représenter la France quand on me le demandait", poursuit-elle, insistant sur le contraste entre son action à l'Élysée et celle de femmes comme Anne-Aymone Giscard d'Estaing ou Danielle Mitterrand avant elle. "Je n'ai pas été moderne, je n'ai pas été audacieuse et je n'avais aucune envie de l'être", souligne l'épouse de Nicolas Sarkozy, jugé depuis cette semaine pour corruption et trafic d'influence dans l'affaire des "écoutes".

Une naturalisation qui a "pris du temps"

Carla Bruni raconte également son échange...


Lire la suite sur Europe1