La bourse ferme dans 1 h 9 min

Carburant : l'impact de la grève dans les raffineries et stations-service

La raffinerie de La Mède fait partie des sites pétroliers touchés par la grève depuis le 5 décembre.

Une pénurie d'essence pour Noël ? L'inquiétude est montée ces derniers jours, alors que plusieurs raffineries sont touchées par le mouvement de grève contre la réforme des retraites enclenché le 5 décembre. Des internautes ont signalé des stations-services en rupture de stock, nourrissant des cartes collaboratives peu fiables. Une bataille de communication s'est engagée entre les syndicats et le gouvernement : alors que "la pénurie est déjà là" selon la CGT, l'approvisionnement "continue d’être assuré normalement" d'après le ministère de la Transition écologique. Marianne vous décrypte la réalité du mouvement et ses conséquences.

Quelle est l'ampleur de la mobilisation ?

Six à sept raffineries ont été touchées par le mouvement depuis le 5 décembre, sur les huit installées en France métropolitaine. La plupart ont cessé le travail de façon intermittente, avec des préavis de grève de 24 ou 72 heures. Les salariés ont convergé lors des grandes journées de mobilisation : cinq sites (Feyzin, Donges, Grandpuits, La Mède et Fos-sur-Mer) étaient par exemple en grève le 17 décembre, comme nous l'ont confirmé leurs opérateurs Total et Esso. Une liste à laquelle il faut ajouter la raffinerie de Lavéra, en région marseillaise, selon Force Ouvrière (FO) : "Une majorité de salariés y ont cessé le travail mardi et mercredi", affirme Jeff Vapillon, secrétaire fédéral de la branche pétrole. Également annoncée par la CGT, la grève sur ce site n'a pas été confirmée par le gestionnaire Petroineos, qui a refusé de répondre aux questions de Marianne.

Lire la suite