Publicité
La bourse ferme dans 3 h 37 min
  • CAC 40

    7 525,03
    -73,60 (-0,97 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 879,48
    -37,32 (-0,76 %)
     
  • Dow Jones

    40 358,09
    -57,35 (-0,14 %)
     
  • EUR/USD

    1,0850
    -0,0008 (-0,08 %)
     
  • Gold future

    2 416,20
    +8,90 (+0,37 %)
     
  • Bitcoin EUR

    61 199,70
    -296,80 (-0,48 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 370,55
    +4,66 (+0,34 %)
     
  • Pétrole WTI

    77,92
    +0,96 (+1,25 %)
     
  • DAX

    18 442,15
    -115,55 (-0,62 %)
     
  • FTSE 100

    8 161,61
    -5,76 (-0,07 %)
     
  • Nasdaq

    17 997,35
    -10,22 (-0,06 %)
     
  • S&P 500

    5 555,74
    -8,67 (-0,16 %)
     
  • Nikkei 225

    39 154,85
    -439,54 (-1,11 %)
     
  • HANG SENG

    17 311,05
    -158,31 (-0,91 %)
     
  • GBP/USD

    1,2919
    +0,0010 (+0,07 %)
     

Carburant : les distributeurs refusent la vente à perte proposée par l’exécutif

Une pompe à essence dans une station d'un hypermarché E.Leclerc, qui figure parmi les distributeurs consultés par Bercy sur la vente à perte (illustration).  - Credit:JUSTINE BONNERY / Hans Lucas / Hans Lucas via AFP
Une pompe à essence dans une station d'un hypermarché E.Leclerc, qui figure parmi les distributeurs consultés par Bercy sur la vente à perte (illustration). - Credit:JUSTINE BONNERY / Hans Lucas / Hans Lucas via AFP

À l'issue d'un entretien avec Bruno Le Maire à Bercy, ce mardi 19 septembre, les principales enseignes de la grande distribution ont tranché : elles ne revendront pas leur carburant à perte dans les stations essence de leurs magasins. Les géants du secteur préfèrent s'en remettre à la vente au prix coûtant, comme le révèlent nos confrères du Figaro.

Pour justifier leur décision, à rebours du climat économique défavorable aux consommateurs, Carrefour, Système U, Leclerc, Intermarché ou encore Auchan ont estimé que « la possibilité de vente à perte », proposée comme solution par le gouvernement samedi 16 septembre, « ne sera pas suivie car elle n'est économiquement pas tenable ». Ce « nouvel outil », présenté par Élisabeth Borne, devait leur permettre de vendre leur carburant à perte via une loi durant six mois – à compter de décembre –, afin de faire baisser les prix pour les consommateurs et ce, sans nouvelle remise de l'exécutif.

À LIRE AUSSI Vente de carburant à perte : les petites stations-service en colère

Des négociations attendues de pied ferme

En parallèle, si les enseignes se feront « discrètes » sur leur choix de ne pas activer ce levier mis à leur disposition pour pallier la hausse des prix et aider les ménages, souligne encore Le Figaro, elles comptent bien sur le soutien du gouvernement pour faire avancer d'autres dossiers. Et notamment les négociations annuelles avec leurs fournisseurs, qui pourraient aboutir à des baisses de prix concrètes dans l [...] Lire la suite