La bourse est fermée
  • Dow Jones

    30 960,00
    -36,98 (-0,12 %)
     
  • Nasdaq

    13 635,99
    +92,93 (+0,69 %)
     
  • Nikkei 225

    28 822,29
    +190,84 (+0,67 %)
     
  • EUR/USD

    1,2149
    -0,0025 (-0,21 %)
     
  • HANG SENG

    30 159,01
    +711,16 (+2,41 %)
     
  • BTC-EUR

    26 750,25
    -739,48 (-2,69 %)
     
  • CMC Crypto 200

    653,65
    -23,25 (-3,44 %)
     
  • S&P 500

    3 855,36
    +13,89 (+0,36 %)
     

Un capteur photo courbe made in France

Louis Neveu, Journaliste
·2 min de lecture

Voici l’un des héritages les plus anciens de la photographie : la courbure de champ. Ce phénomène optique qui est très prononcé sur un grand-angle, est dû à la courbure de l’optique de l’objectif. Il vient dégrader les bordures de l’image capturée. Si ce défaut n’est pas flagrant sur les appareils photo argentiques, il l’est devenu avec des capteurs numériques plats à haute résolution. Par le truchement de lentilles, il est possible d’aplanir l’image. Mais la solution idéale consiste à adapter le capteur à la courbure de l’optique. Ce procédé qui existe déjà est essentiellement exploité par les astronomes, mais il y a un hic, son coût exorbitant. Car il faut adapter la courbure du capteur à celle de chaque optique, ce qui revient à faire du sur-mesure.

Pour réduire ce coût et tenter de produire ce type de capteur, une start-up française du nom de Curve a trouvé une solution. L’entreprise a développé en partenariat avec le CNRS et l’Université d’Aix-Marseille (AMU) un processus qui permettra d’industrialiser la fabrication de masse de capteurs courbes. Sans dévoiler son secret de conception, Curve explique qu’elle a trouvé une solution technique pour ne pas avoir à développer à chaque fois un nouveau capteur pour une courbure précise. Le même type de capteur plat peut donc être utilisé pour différentes formes courbes.

Sur cette vidéo, le CNRS dresse le portrait du capteur courbé Curve-One. Ce type de capteur permet de réduire l’espace entre l’optique et le capteur, et améliorer l’image. Le seul frein à son développement restait aujourd'hui son coût de production. © CNRS

Un jour dans les smartphones ?

Pour le moment, c’est encore une fois l’univers de la recherche qui aura la primeur de ce type de capteur. Curve a obtenu une première commande de l'Institut de neurosciences de la Timone (INT), dans le cadre de son projet Meso-Cortex conduit en partenariat avec le Laboratoire d’astrophysique de Marseille. Dans son communiqué, Curve explique que « ce projet vise à...

> Lire la suite sur Futura