Publicité
La bourse ferme dans 1 h 12 min
  • CAC 40

    7 627,18
    -44,16 (-0,58 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 903,64
    -44,09 (-0,89 %)
     
  • Dow Jones

    39 207,71
    +72,95 (+0,19 %)
     
  • EUR/USD

    1,0696
    -0,0010 (-0,10 %)
     
  • Gold future

    2 346,90
    -22,10 (-0,93 %)
     
  • Bitcoin EUR

    59 796,79
    -844,17 (-1,39 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 335,15
    -25,18 (-1,85 %)
     
  • Pétrole WTI

    81,50
    +0,21 (+0,26 %)
     
  • DAX

    18 140,13
    -114,05 (-0,62 %)
     
  • FTSE 100

    8 239,31
    -33,15 (-0,40 %)
     
  • Nasdaq

    17 694,40
    -27,19 (-0,15 %)
     
  • S&P 500

    5 466,13
    -7,04 (-0,13 %)
     
  • Nikkei 225

    38 596,47
    -36,55 (-0,09 %)
     
  • HANG SENG

    18 028,52
    -306,80 (-1,67 %)
     
  • GBP/USD

    1,2641
    -0,0019 (-0,15 %)
     

Cannes 2023 – Léa Drucker : « Je n’ai pas tourné un film transgressif »

© Prod

A l’affiche du nouveau film de Catherine Breillat « L’Eté dernier » présenté en compétition officielle, Léa Drucker est à la fois troublante et bouleversante dans le rôle d’une avocate qui tombe sous le charme du fils de son compagnon. Remportera-t-elle le prix d’interprétation ? Interview.

L’année dernière, Léa Drucker était venue à Cannes présenter « Close » de Lukas Dhont dans lequel elle interprétait le rôle de la mère d’un petit garçon qui avait noué une amitié très forte avec son meilleur ami. C’est à nouveau dans le rôle d’une mère que l’actrice est en compétition dans « L’Eté dernier », le nouveau film de Catherine Breillat que l’on n’avait pas vue à Cannes depuis dix ans. Ce rôle de mère est très particulier car elle noue une relation amoureuse avec le fils de son compagnon. Remake du film danois « Dronningen » (2019) de May el-Thouky, « L’Eté dernier » est une plongée dans les tumultes d’une liaison interdite. « Le scénario m’a transportée tout de suite. Il avait quelque chose à la fois de dangereux et de mystérieux », nous dit l’actrice.

À lire aussi >>> Cannes 2023 : « Une nuit », une ode à l'amour signée Alex Lutz

Léa Drucker, époustouflante

Pour incarner l’adolescent, un débutant, Samuel Kircher, le frère de Paul Kircher, découvert dans « Le Lycéen » de Christophe Honoré et que l’on a vu à Cannes dans « Le Règne animal » de Thomas Cailley. « Samuel a un talent fou, c’était facile de travailler avec lui », nous a confié Léa Drucker. Pudique, l’actrice appréhendait les scènes intimes. Les choix de mise en scène de Catherine Breillat l’ont rassurée, en aucune manière, ils ne sont transgressifs. La caméra de la réalisatrice filme et s’arrête...

PUBLICITÉ

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi