Publicité
La bourse ferme dans 23 min
  • CAC 40

    7 576,75
    -52,05 (-0,68 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 890,99
    -24,48 (-0,50 %)
     
  • Dow Jones

    38 834,86
    +56,76 (+0,15 %)
     
  • EUR/USD

    1,0750
    +0,0007 (+0,06 %)
     
  • Gold future

    2 341,00
    -5,90 (-0,25 %)
     
  • Bitcoin EUR

    60 415,21
    +279,08 (+0,46 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 380,74
    +42,99 (+3,21 %)
     
  • Pétrole WTI

    81,96
    +0,39 (+0,48 %)
     
  • DAX

    18 085,95
    -46,02 (-0,25 %)
     
  • FTSE 100

    8 204,11
    +12,82 (+0,16 %)
     
  • Nasdaq

    17 862,23
    +5,21 (+0,03 %)
     
  • S&P 500

    5 487,03
    +13,80 (+0,25 %)
     
  • Nikkei 225

    38 570,76
    +88,65 (+0,23 %)
     
  • HANG SENG

    18 430,39
    +514,84 (+2,87 %)
     
  • GBP/USD

    1,2729
    +0,0020 (+0,16 %)
     

Cannes 2023: des actrices fustigent le tapis rouge pour Johnny Depp et Maïwenn

Copyright Stéphanie Branchu / Why Not Productions

Dans une tribune publiée par Libération, un collectif d'actrices et d'acteurs dénonce une "complaisance" du 7e art vis-à-vis des agresseurs sexuels.

"La honte": un collectif d'actrices et d'acteurs, dont Julie Gayet et Laure Calamy, critique mardi le Festival de Cannes, qui déroule "le tapis rouge aux hommes et femmes qui agressent", en référence à Johnny Depp et à la réalisatrice Maïwenn.

Dans une tribune publiée par le quotidien Libération, ce collectif apporte également son soutien à l'actrice Adèle Haenel, qui avait officialisé il y a une semaine son arrêt du cinéma pour dénoncer une "complaisance" du 7e art vis-à-vis des agresseurs sexuels.

"Nous sommes profondément indigné·e·s et refusons de garder le silence face aux positionnements politiques affichés par le Festival de Cannes", explique cette tribune.

PUBLICITÉ

"En déroulant le tapis rouge aux hommes et aux femmes qui agressent, le festival envoie le message que dans notre pays nous pouvons continuer d'exercer des violences en toute impunité, que la violence est acceptable dans les lieux de création", ajoute le texte.

"Un système dysfonctionnel qui broie et anéantit"

Les signataires soulignent que "le cinéma français a intégré un système dysfonctionnel qui broie et anéantit", un "système basé sur les principes de domination et de silenciation".

"Lorsque nous avons le courage de parler ou demander de l'aide, nous nous entendons trop souvent dire: +Tais-toi s'il te plaît, pour la vie du film+. Il arrive même que des producteur·ices soient prêt·es à acheter notre silence", dénoncent-ils encore.

Soutenant la décision d'Adèle Haenel, qui avait fait une sortie fracassante lors de la cérémonie des César il y a trois ans pour s'opposer au sacre de Roman Polanski, rattrapé par des accusations anciennes de viol, les signataires déplorent "le fait que ce milieu soit toxique au point de vouloir le quitter totalement".

"Nous profitons de cette tribune pour dire avec elle: LA HONTE", écrivent-t-elles.

Une plainte judiciaire contre Maïwenn

Parmi les signataires figurent la comédienne Ophélie Bau, une des stars du sulfureux Mektoub, My Love: Intermezzo d'Abdellatif Kechiche, estimant que son contrat n'avait pas été respecté concernant l'utilisation d'une scène de sexe oral non simulée entre elle et Roméo de Lacour.

La 76e édition du plus grand festival de cinéma au monde est marquée par le retour de Johnny Depp dans le film d'ouverture Jeanne du Barry, après qu'il a été écarté des plateaux de Hollywood ces dernières années à la suite des accusations de violences conjugales de son ex-compagne Amber Heard.

La réalisatrice du film, Maïwenn, fait elle-même face à une plainte judiciaire, après avoir récemment agressé le patron de Mediapart, Edwy Plenel, dans un restaurant.

Article original publié sur BFMTV.com

VIDÉO - La Minute de Johnny Depp