Marchés français ouverture 1 h 54 min
  • Dow Jones

    26 659,11
    +139,16 (+0,52 %)
     
  • Nasdaq

    11 185,59
    +180,72 (+1,64 %)
     
  • Nikkei 225

    22 974,78
    -357,16 (-1,53 %)
     
  • EUR/USD

    1,1684
    +0,0005 (+0,05 %)
     
  • HANG SENG

    24 313,82
    -272,78 (-1,11 %)
     
  • BTC-EUR

    11 313,87
    -235,32 (-2,04 %)
     
  • CMC Crypto 200

    259,32
    +16,64 (+6,86 %)
     
  • S&P 500

    3 310,11
    +39,08 (+1,19 %)
     

Fortes chaleurs : quels sont vos droits au travail ?

Maxime Poul
·3 min de lecture
Les fortes chaleurs peuvent avoir de graves conséquences sur l'état de santé des salariés, c'est pourquoi le code du travail impose des règles aux employeurs.
Les fortes chaleurs peuvent avoir de graves conséquences sur l'état de santé des salariés, c'est pourquoi le code du travail impose des règles aux employeurs.

En cette période de fortes chaleurs, il faut rappeler qu’il peut être dangereux de travailler sous de fortes températures. C’est pourquoi le Code du travail prévoit des obligations pour les employeurs. Tour d’horizon.

Cette fin de mois de juillet 2020 s’annonce très chaude dans toute la France. Des pics de chaleurs à plus de 35, voire 40 degrés sont attendus sur plusieurs régions du pays. Des conditions difficiles pour tous les travailleurs qui doivent se rendre au boulot en cette fin de semaine.

S’il n’est pas question de sécher le travail, le Code du travail prévoit tout de même des obligations à respecter pour les employeurs, de manière à ce que les salariés travaillent dans les meilleures conditions, sans mettre leur santé en péril.

Obligation de se rendre au travail

Si pour l’Institut national de recherche et de sécurité (INRS) le travail par fortes chaleurs, notamment au-dessus de 33°C, présente des dangers, aucune température maximale n’est fixée par le Code du travail. Vous devez donc quoi qu’il arrive vous rendre sur votre lieu de travail. En revanche, si vous travaillez dans des locaux fermés, l’employeur a pour obligation de renouveler l’air de ces locaux de travail, pour éviter les températures excessives, les odeurs désagréables et les condensations. Il doit également prévoir moyens de rafraichissement et de protection tels que des brumisateurs ou des films antisolaires sur les vitres.

S’il ne l’oblige pas, le plan canicule conseille aux employeurs d’aménager les horaires de travail de façon à limiter l’exposition à la chaleur. Vous pouvez également demander à votre employeur d’avoir recours au télétravail, même s’il n’est pas obligé d’accepter.

L’employeur est également tenu de mettre à disposition de ses employés de “l’eau potable et fraîche pour la boisson”. Mais dans le contexte actuel de crise sanitaire, il est précisé qu’il faut qu’il s’agisse de bouteilles d’eau individuelles ou point d’eau avec gobelets, régulièrement désinfecté.

Si les employeurs ont toujours dû respecter des règles lors des vagues de chaleur, le Covid-19 est venu ajouter de nouvelles obligations.
Si les employeurs ont toujours dû respecter des règles lors des vagues de chaleur, le Covid-19 est venu ajouter de nouvelles obligations.

Des horaires aménagés

Concernant les postes de travail en extérieur, ils doivent, dans la mesure du possible, être aménagés de sorte à ce que les travailleurs soient protégés contre les conditions atmosphériques telles que les intempéries.

Les travailleurs du BTP doivent par exemple disposer d’un local permettant leur accueil dans des conditions de nature à préserver leur santé et leur sécurité en cas de survenance de conditions climatiques susceptibles d’y porter atteinte, ou d’aménagements de chantiers les garantissant dans des conditions équivalentes. Il est également notifié que chaque employé du BTP doit bénéficier d’au moins 3 litres d’eau par jour. De plus, les horaires de travail doivent être aménagés de façon à limiter l’exposition à la chaleur.

À LIRE AUSSI >>> Comment réagir à un coup de chaleur ou à une insolation ?

Pour les travailleurs du BTP, les employeurs doivent s’assurer que le port des protections individuelles sont compatibles avec les fortes chaleurs et que les salariés respectent les mesures de distanciation sociale afin d’éviter le port des masques en continu.

Le droit de retrait du salarié s’applique uniquement lorsqu’il y a des situations de danger grave et imminent telles que des risques de déshydratation, d’insolation ou de coup de chaleur. Si l’employeur ne prend pas les mesures nécessaires précédemment citées pour protéger votre santé, vous pouvez exercer votre droit de retrait.

Quelle tenue vestimentaire ?

Si s’habiller en short, t-shirt et tongs est bien plus adapté lorsque les températures sont élevées, rien n’oblige votre employeur à vous autoriser à vous habiller de la sorte. À vous de voir en fonction de votre type de travail et de la souplesse de votre supérieur mais attention, ce dernier peut envisager des sanctions si votre tenue n’est pas appropriée à votre environnement professionnel ou si elle dégrade l’image de l’entreprise.

Ce contenu peut également vous intéresser :