La bourse est fermée
  • Dow Jones

    32 787,56
    -44,98 (-0,14 %)
     
  • Nasdaq

    12 512,76
    -131,70 (-1,04 %)
     
  • Nikkei 225

    27 999,96
    -249,28 (-0,88 %)
     
  • EUR/USD

    1,0209
    +0,0015 (+0,14 %)
     
  • HANG SENG

    20 003,44
    -42,33 (-0,21 %)
     
  • BTC-EUR

    22 585,12
    -953,96 (-4,05 %)
     
  • CMC Crypto 200

    534,95
    -22,40 (-4,02 %)
     
  • S&P 500

    4 125,55
    -14,51 (-0,35 %)
     

Candidature de l’Ukraine à l’UE : un moment “historique” pour Kiev, une pilule “amère” pour les Balkans

POOL / REUTERS

C’est un “tournant pour l’UE”, titre la Süddeutsche Zeitung. Réunis en sommet à Bruxelles, les Vingt-Sept ont entériné jeudi la candidature de l’Ukraine et de la Moldavie, près de quatre mois après l’invasion lancée par l’armée russe. Jamais l’UE n’a été aussi prompte à accorder ce statut, nouvelle illustration de sa solidarité envers Kiev et Chisinau.

“Le statut de candidat à l’UE de l’Ukraine envoie un message fort à Moscou”, analyse la BBC. Il vise à montrer au Kremlin que “ni Kiev ni Bruxelles n’acceptent la vision de Poutine d’un nouvel ordre européen”. Mais le président russe “sait que le chemin du statut de candidat à l’adhésion à l’UE est long. En cours de route, l’Ukraine devra faire face à de nombreux obstacles, dont beaucoup seront probablement dressés par la Russie”, conclut le média britannique.

Un “acte d’autopréservation”

Pour la Süddeutsche Zeitung, les États de l’UE ont “compris que cette guerre les visait aussi et qu’elle s’inscrit dans la continuité des innombrables attaques hybrides de la Russie contre le système occidental et le bien commun de l’UE”, souligne le quotidien allemand. “Le fait d’avoir octroyé le statut de candidat à l’Ukraine n’est donc pas un geste bienveillant par rapport à la guerre, c’est un acte d’autopréservation”, conclut-il.

Dans le même temps, l’annonce de l’octroi de ce statut à Kiev et Chisinau a provoqué jeudi la colère “bouillonnante” des pays des Balkans occidentaux, bloqués depuis des années dans l’antichambre de l’UE, note l’édition européenne du site Politico. “Il est temps que l’UE tienne ses promesses avant d’en faire de nouvelles”, a notamment réagi le Premier ministre de Macédoine du Nord, Dimitar Kovacevski.

Avec les cinq autres États des Balkans occidentaux (Albanie, Bosnie, Kosovo, Monténégro et Serbie), son pays avait été invité jeudi matin, en prélude au sommet européen, rapporte Le Soir. “Il s’agissait […] de ne pas laisser de côté ces pays, tous entourés d’États membres de l’UE, au moment où l’Union s’apprêtait à prendre date avec l’histoire en conférant à l’Ukraine sous les bombes russes le statut de candidat’à l’adhésion européenne, ainsi qu’à la Moldavie”, remarque le quotidien belge.

[...] Lire la suite sur Courrier international

Sur le même sujet :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles